Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

FRANCE

Silvio Berlusconi interdit de mandat pendant deux ans

© AFP

Vidéo par Natalia MENDOZA

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/03/2014

La Cour de cassation italienne a confirmé mardi soir une interdiction de mandat public pour deux ans à l'encontre de l'ex-président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, prononcée dans le procès Mediaset.

La Cour de Cassation a confirmé, mardi 18 mars, sa décision dans le procès Mediaset : l'ancien président du Conseil italien Silvio Berlusconi se voit priver de mandat public pour une durée de deux ans. Une peine dite "accessoire" qui empêche le Cavaliere de voter et d’être élu.

Elle lui avait été infligée en appel à Milan en octobre dernier, en complément d'une condamnation à quatre ans de prison, dont trois amnistiés, dont avait écopé Silvio Berlusconi dans ce procès pour fraude fiscale. Ses avocats s'étaient alors pourvus en Cassation.

Peine d'intérêt général

Compte tenu de son âge, 77 ans, Silvio Berlusconi aurait pu purger sa peine d'un an de prison à domicile mais il a choisi une autre option, les travaux d'intérêt général. Une audience est prévue à Milan le 10 avril où ses avocats feront des propositions sur le type d'association pour lequel le Cavaliere souhaite travailler.

Une possibilité qui lui a été retirée aussi par la loi Severino -du nom de la ministre de la Justice de l'époque, entrée en vigueur en 2012 pour moraliser la vie politique. L'application de cette législation a abouti à son exclusion du Sénat en novembre dernier et à son inéligibilité pour six ans.

Ces derniers jours, l'entourage de Silvio Berlusconi avait émis l'hypothèse qu'il puisse être tête de liste aux élections européennes fin mai. Son conseiller politique Giovanni Toti avait argué que "l'empêcher d'être candidat serait une grave atteinte du droit des modérés italiens à être représentés" et une "violation de la démocratie". Mais techniquement, si le Cavaliere ne jouit pas de ses droits civiques et électoraux, il ne peut pas se présenter.

Il lui reste uniquement la possibilité de faire campagne en tant que président de Forza Italia (centre droit), charge dont il n'est pas privé au regard de la loi car son parti a un statut d'association.

Toutefois, le tribunal d'application des peines qui décidera de la manière dont il devra purger les travaux d'intérêt général pourrait lui imposer des horaires et conditions précis, ce qui limitera sa liberté de mouvement.

Avec AFP

Première publication : 18/03/2014

  • ITALIE

    Le Sénat italien chasse Silvio Berlusconi de ses rangs

    En savoir plus

  • ITALIE

    Silvio Berlusconi en passe d’être débarqué du Sénat par ses pairs

    En savoir plus

  • JUSTICE

    ITALIE : Silvio Berlusconi renvoyé devant la justice pour corruption

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)