Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

FRANCE

Génocide rwandais : Pascal Simbikangwa fait appel de sa condamnation

© AFP

Vidéo par Sylvain ROUSSEAU

Dernière modification : 18/03/2014

Le premier Rwandais jugé en France pour le génocide des Tutsi en 1994, Pascal Simbikangwa, a fait appel mardi de sa condamnation à 25 ans de prison pour "crime de génocide" et "complicité de crime contre l'humanité".

La justice française devra rejuger le premier Rwandais condamné à Paris pour sa
participation au génocide des Tutsi en 1994 : les avocats de Pascal Simbikangwa ont annoncé, mardi 18 mars, avoir déposé un appel de la condamnation de leur client à 25 ans de prison pour génocide et complicité de crimes contre l'humanité.

Âgé aujourd'hui de 54 ans, cloué dans un fauteuil roulant depuis un accident en 1986, Simbikangwa a nié en bloc pendant ces cinq semaines de procès les accusations génocidaires le visant, allant même jusqu’à se considérer comme un "Juste". "Depuis 20 ans, le TPIR [Tribunal pénal international pour le Rwanda, NDLR] n'a rien sur moi. Depuis six ans, la justice de France n'a rien sur moi", avait-il une dernière fois déclaré avant que les jurés ne partent délibérer.

Dans son jugement rendu le 14 mars, la Cour d'assises de Paris a estimé qu'il avait apporté un "concours actif" au fonctionnement des barrières érigées à Kigali pour filtrer et tuer les Tutsi pendant le génocide.

Mais pour ses avocats, il s'agit d'une décision "politique", à quelques semaines des commémorations du vingtième anniversaire du génocide au Rwanda, qui a salué la condamnation. Les avocats de Pascal Simbikangwa, Fabrice Epstein et Alexandra Bourgeot, avaient mis en lumière les témoignages les moins fiables pour jeter le doute sur ce procès historique.

Paris, condamné en 2004 par la Cour européenne des droits de l'homme pour la lenteur de sa justice, peut juger des présumés génocidaires rwandais depuis 1996 en vertu de la compétence universelle. Quelque 800 000 personnes sont mortes au Rwanda entre avril et juillet 1994, Tutsi pour la plupart mais aussi Hutu modérés.

Avec AFP
 

Première publication : 18/03/2014

COMMENTAIRE(S)