Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

SPORT

Oscar Pistorius en larmes, ses avocats contre-attaquent

© AFP / L’athlète sud-africain Oscar Pistorius a fondu en larmes mardi au douzième jour de son procès pour le meurtre de son amie.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/03/2014

L’athlète sud-africain Oscar Pistorius a fondu en larmes au douzième jour de son procès pour le meurtre de son amie. Le champion handisport risque une peine de 25 ans de prison, mais mardi c’est bien la police qui a été mise en accusation.

Au douzième jour de son procès pour le meurtre de son amie Reeva Steenkamp, le champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius a pleuré à chaudes larmes et s'est bouché les oreilles pendant un moment alors que le capitaine de police Chris Mangena expliquait comment il avait reconstitué la scène des coups de feu.

Quatre tirs ont transpercé la porte des toilettes de sa salle de bain la nuit de la Saint-Valentin, le 14 février 2013 où, dit-il, il croyait qu'un voleur s'était introduit, mais où se trouvait sa fiancée, sa victime. Cet expert, mandaté à partir du 7 mars 2013, après que le parquet eut fait reprendre l'enquête à zéro, s'est aussi appuyé sur les photos post-mortem de Reeva, qui n'ont pas été montrées en direct à la télévision mais décrites.

Le bras droit transpercé, la blessure à la hanche, une autre aux doigts de la main gauche et la trajectoire entrante et sortante d'une balle au côté droit du crâne, a décrit Mangena, en indiquant les emplacements sur sa propre tête de sa main.

L'avocat de Pistorius n'en finit pas d'attaquer les approximations des policiers

Auparavant, ce n'est pas le champion handisport accusé de meurtre qui a été questionné comme un suspect, mais bien un enquêteur. Depuis le 3 mars, Barry Roux, l'avocat de l'athlète, n'en a pas fini d'attaquer les approximations des policiers sud-africains appelés en pleine nuit le 14 février 2013. Mardi, c'était donc au tour de Barend van Staden, un photographe de la police scientifique de Pretoria, arrivé à l'aube pour faire le portrait de la scène du crime sous tous les angles, traces de sang, arme, impacts sur les portes et chambranles, effets personnels.

Barry Roux va disséquer chaque photo, demandant tantôt pourquoi il l'a prise ou pourquoi il ne l'a pas prise, ponctuant son contre-interrogatoire de ses petites phrases désormais cultes en Afrique du Sud, telles que "si vous ne vous rappelez pas, vous ne vous rappelez pas" ou "laissez-moi vous aider".

Comme au jeu des sept différences, il compare le contenu des images et les horaires, s'étonne que Van Staden n'ait pas vu un autre enquêteur. "Vous ne pouviez pas le rater, il était en même temps dans le même couloir", dit-il. "Dites à la cour où vous étiez à 06H08?", "A quelle heure le colonel Motha est-il parti ?", ajoute-t-il dans une spectaculaire inversion des rôles.

Dans le feu de sa démonstration de l'incompétence policière qu'il accuse à nouveau d'avoir "gravement dérangé la scène du crime", il fait pourtant mine d'ignorer que certaines photos montrent des gants portés par des enquêteurs.

Pendant ces échanges, Pistorius semble lui absent, plongé dans un livre.

Avec AFP

Première publication : 18/03/2014

  • AFRIQUE DU SUD

    Procès Pistorius : les enquêteurs accusés "de vol et de maladresses"

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Oscar Pistorius plaide "non coupable" de l'assassinat de sa petite amie

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Pistorius sort de son silence un an après sa "mortelle Saint-Valentin"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)