Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Israël et intelligence économique : Un modèle à suivre ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : De Sarajevo à Guantanamo, l'itinéraire des six d'Algérie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Patrick Chauvel, photographe de guerre

En savoir plus

SUR LE NET

Le web révolutionne le journalisme d'investigation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"De sang-froid"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à l'exécution de David Haines

En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Quels sont les enjeux de la conférence internationale sur l'État islamique ?

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

  • Les députés français se penchent sur un projet de loi contre le jihad

    En savoir plus

  • Grève chez Air France : journée noire attendue lundi

    En savoir plus

  • Netflix, le service de vidéos à la demande, débarque en France

    En savoir plus

  • Mondial de basket : la "team USA" seule au monde

    En savoir plus

  • EI : "Ce ne sont pas des musulmans mais des monstres", affirme Cameron

    En savoir plus

  • Législatives suédoises : la gauche en tête, poussée historique de l'extrême droite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Lille prend la tête, l’OM revient

    En savoir plus

  • Objecteurs de conscience en Israël : 200 vétérans défendent leur unité

    En savoir plus

  • Les pro-russes menacent le processus de paix dans l'est de l'Ukraine, selon Kiev

    En savoir plus

  • Webdocumentaire : Chibanis, l’éternel exil des travailleurs maghrébins

    En savoir plus

EUROPE

Poutine s'en prend à l'Occident et accélère le rattachement de la Crimée

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/03/2014

Vladimir Poutine a signé un accord, mardi, prévoyant le rattachement de la Crimée à la Russie, en vue d'un vote ces prochains jours au Parlement. Il a par ailleurs accusé l'Occident d'avoir franchi "la ligne rouge" dans la crise ukrainienne.

À l’issue d’un discours au Kremlin, mardi 18 mars, devant les ambassadeurs russes et les deux chambres du Parlement russe, le président Vladimir Poutine a signé un traité rattachant la Crimée à la Russie. Une décision qui doit être validée dans les prochains jours par le Parlement.

"Je propose à l'Assemblée fédérale (les deux chambres du Parlement russe, NDLR) d'adopter une loi pour inclure dans la Fédération de Russie deux nouveaux sujets, la Crimée et la ville de Sébastopol", a-t-il déclaré.

"La Crimée était et reste dans le cœur des Russes"

Vladimir Poutine, qui s’exprimait deux jours après un référendum dans la péninsule du sud de l'Ukraine qui a plébiscité à 96,6% son rattachement à la Russie, a défendu l'action de son pays. "Dans le cœur et la conscience des gens, la Crimée était et reste une partie intégrante de la Russie", a-t-il dit, ajoutant : "Cette conviction, fondée sur la vérité et la justice [...], s'est transmise de génération en génération, et aussi bien le temps que les circonstances ont été impuissantes face à elles".

La Crimée avait été "offerte" en 1954 à l'Ukraine par le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev, une décision prise selon Vladimir Poutine "en violation des normes constitutionnelles" de l'époque. "Quand la Crimée s'est retrouvée soudain dans un autre État (après la chute de l'URSS, NDLR), la Russie a alors senti qu'on ne l'avait pas seulement volée, mais pillée", a-t-il dit.

Le président russe a néanmoins assuré que la Russie ne souhaitait pas la scission de l'Ukraine. "Ne croyez pas ceux qui vous font peur au sujet de la Russie, qui vous disent qu'après la Crimée, vont suivre d'autres régions", a déclaré M. Poutine à l'adresse des Ukrainiens. "Nous ne voulons pas la scission de l'Ukraine, nous n'en avons pas besoin", a-t-il ajouté.

Les Occidentaux "ont franchi la ligne rouge"

Vladimir Poutine a par ailleurs dénoncé l'attitude des Occidentaux depuis le début de la crise ukrainienne. "Les Occidentaux ont franchi la ligne rouge et se sont comportés de manière irresponsable" dans la crise ukrainienne, a affirmé le président russe en se livrant à une dénonciation en règle des Occidentaux, accusés de faire preuve de "cynisme", d'agir selon "le droit du plus fort" et "d'ignorer le droit international".

Première publication : 18/03/2014

  • UKRAINE

    Vladimir Poutine reconnaît l'indépendance de la Crimée

    En savoir plus

  • UKRAINE

    De Kiev à Moscou : comment la Crimée va-t-elle changer de mains ?

    En savoir plus

  • UKRAINE - RUSSIE

    Reportage : les Ukrainiens de Moscou dénoncent "la propagande de Poutine"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)