Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le best of du Festival de Cannes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2018 : le Japonais Kore-Eda remporte la Palme d'or

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : le risque régional d'épidémie d'Ebola est élevé (OMS)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Michel Platini confesse une " petite magouille " lors du Mondial 1998

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Commerce international : Donald Trump maintient la Chine sous pression

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Ambassade américaine à Jérusalem : célébration à Jérusalem, violences à Gaza.

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2018 : "Capharnaüm", film coup de poing de Nadine Labaki

En savoir plus

TECH 24

RGPD : l'Europe se rêve en chevalier blanc des données personnelles

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2018 : Vanessa Paradis en productrice de pornos gays

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 19/03/2014

"Les poupées russes"

© France 24

Presse internationale, Mercredi 19 mars 2014. Au menu de cette revue de presse, l’officialisation de l’annexion russe de la Crimée par Poutine, l’embarras occidental, la liste d’Obama qui amuse, et les vertus de la «télé lente».

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale avec la signature, hier, par Vladimir Poutine, d’un accord sur le rattachement de la Crimée à la Russie, avec les nouveaux dirigeants pro-russes de la péninsule.
 
Il l'avait dit, il l'a fait, et il s’est même payé le luxe de se faire applaudir longuement par le parlement. Poutine super tsar, triomphal à la Une du journal russe Russkaya Gazeta, qui exulte de joie, et évoque la «réunion» de la Crimée avec la Russie.
 
The International New York Times ne parle pas de «réunion», mais d’«annexion».
 
Poutine, à la Une également du Wall Street journal, «au moment de la signature du traité annexant la Crimée», dit la légende. En compagnie, cette fois, du président du Parlement criméen, Vladimir Constantinov.
 
Le président russe n’a semblé nullement impressionné par les menaces américaines et européennes, ce dont les Occidentaux ne semblent toujours pas revenir. Le culot de Vladimir Poutine constitue une sorte de mystère qu’ils ont bien du mal à percer.  The Daily Beast en est à décrypter le langage corporel du président russe, dont il évoque «l’amertume dans la voix». Une amertume que le site américain s’explique par deux décennies d’humiliations infligées par l’Europe et les Etats-Unis à la Russie, traitée depuis la chute du Mur de Berlin comme une puissance de deuxième voire de troisième zone. «Pour Poutine comme pour beaucoup de gens en Russie, récupérer la Crimée c’est une question de fierté nationale».
 
Les sanctions, la Russie et la Crimée, qu’on retrouve dans ce dessin du China Daily transformée en poupées russes. D’après le journal chinois, la plus grande d’entre elles, serait celle aux couleurs de l’Amérique.
 
Un avis qu’est loin de partager The Wall Street Journal, qui évoque les «sanctions pas sérieuses de Barack Obama», et affirme que Poutine lui-même n’avait pas prévu lui-même une réaction aussi «faible». Le journal se moque de la liste des responsables russes et ukrainiens que la Maison-Blanche dit vouloir sanctionner: 7 Russes et 4 Ukrainiens, en tout et pour tout, dont  2 personnalités russes, seulement, de premier plan. Parmi elles, aucun des grands argentiers de Poutine. Une liste que le président Obama a qualifiée de réponse «calibrée» à l’annexion russe.
 
Les menaces américaines, balayées par le Kremlin, inspirent même quelques satires, du côté de la presse outre-Atlantique, comme en témoigne cet article du New Yorker sur une menace de rétorsion fictive: la suspension du compte netflix de Vladimir Poutine. «House of cards», «Games of Thrones», c’est fini», tempête un John Kerry imaginaire.
On reste dans le monde de la télévision avec une expérience norvégienne, dont le succès ne se dément pas. Le concept nous fascine, à nous chaîne d’info où tout va très vite: la télé publique norvégienne a décidé de se réinventer ces derniers mois en passant à ce qu’on appelle la «slow TV», ou «télé lente». A lire dans The Guardian.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

18/05/2018 Italie

Italie : "Le Premier ministre ? Ni moi, ni Di Maio", dit Salvini

Dans cette revue de presse du vendredi 18 mai : l'Italie sur le point d'accoucher d'un nouveau gouvernement, une plongée dans l'un des plus grands aquariums du monde, et un...

En savoir plus

17/05/2018 Malaisie

"Perquisition chez l'ancien Premier ministre de Malaisie"

Dans cette seconde revue de presse de la matinée, direction la Malaisie, où il y a du rififi politique, l'appel de plusieurs organisations de gauche pour une journée de...

En savoir plus

17/05/2018 Kim Jong-un

"Kim Jong-un fait monter les enchères"

Dans cette première revue de presse du jeudi 17 mai : Kim Jong-un fait monter les enchères avant le sommet avec les États-Unis, le Burundi organise le référendum qui devrait...

En savoir plus

16/05/2018 revue de presse

"Au Burundi, le référendum de la peur"

Dans la presse ce mercredi 16 mai : l’inauguration hier par Vladimir Poutine d’un pont entre la Russie et la Crimée, annexée en 2014. La répression au Burundi avant le référendum...

En savoir plus

16/05/2018 revue de presse

Macron, Mélenchon : "L'OM, c'est moi!"

À la une de la presse ce mercredi 16 mai : l’appel de quatre pays européens pour l’ouverture d’une enquête internationale sur la répression à Gaza, le "plan de paix" de Donald...

En savoir plus