Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Offensive turque en Syrie : le casse-tête de Washington

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Venise, ses gondoles, ses canaux et... son cinéma !

En savoir plus

FOCUS

Crise des migrants : la rue, point de passage obligé pour les demandeurs d'asile à Paris?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

FACE À FACE

La démission de Macron, un nouveau coup dur pour Hollande

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, Macron tua le père"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean-Marc Ayrault : la polémique sur le burkini "dégrade l'image" de la France

En savoir plus

LE DÉBAT

La politique étrangère, l'atout de François Hollande ? (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

La politique étrangère, l'atout de François Hollande ? (partie 2)

En savoir plus

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

REVUE DE PRESSE

REVUE DE PRESSE

Dernière modification : 19/03/2014

"Les poupées russes"

© France 24

Presse internationale, Mercredi 19 mars 2014. Au menu de cette revue de presse, l’officialisation de l’annexion russe de la Crimée par Poutine, l’embarras occidental, la liste d’Obama qui amuse, et les vertus de la «télé lente».

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale avec la signature, hier, par Vladimir Poutine, d’un accord sur le rattachement de la Crimée à la Russie, avec les nouveaux dirigeants pro-russes de la péninsule.
 
Il l'avait dit, il l'a fait, et il s’est même payé le luxe de se faire applaudir longuement par le parlement. Poutine super tsar, triomphal à la Une du journal russe Russkaya Gazeta, qui exulte de joie, et évoque la «réunion» de la Crimée avec la Russie.
 
The International New York Times ne parle pas de «réunion», mais d’«annexion».
 
Poutine, à la Une également du Wall Street journal, «au moment de la signature du traité annexant la Crimée», dit la légende. En compagnie, cette fois, du président du Parlement criméen, Vladimir Constantinov.
 
Le président russe n’a semblé nullement impressionné par les menaces américaines et européennes, ce dont les Occidentaux ne semblent toujours pas revenir. Le culot de Vladimir Poutine constitue une sorte de mystère qu’ils ont bien du mal à percer.  The Daily Beast en est à décrypter le langage corporel du président russe, dont il évoque «l’amertume dans la voix». Une amertume que le site américain s’explique par deux décennies d’humiliations infligées par l’Europe et les Etats-Unis à la Russie, traitée depuis la chute du Mur de Berlin comme une puissance de deuxième voire de troisième zone. «Pour Poutine comme pour beaucoup de gens en Russie, récupérer la Crimée c’est une question de fierté nationale».
 
Les sanctions, la Russie et la Crimée, qu’on retrouve dans ce dessin du China Daily transformée en poupées russes. D’après le journal chinois, la plus grande d’entre elles, serait celle aux couleurs de l’Amérique.
 
Un avis qu’est loin de partager The Wall Street Journal, qui évoque les «sanctions pas sérieuses de Barack Obama», et affirme que Poutine lui-même n’avait pas prévu lui-même une réaction aussi «faible». Le journal se moque de la liste des responsables russes et ukrainiens que la Maison-Blanche dit vouloir sanctionner: 7 Russes et 4 Ukrainiens, en tout et pour tout, dont  2 personnalités russes, seulement, de premier plan. Parmi elles, aucun des grands argentiers de Poutine. Une liste que le président Obama a qualifiée de réponse «calibrée» à l’annexion russe.
 
Les menaces américaines, balayées par le Kremlin, inspirent même quelques satires, du côté de la presse outre-Atlantique, comme en témoigne cet article du New Yorker sur une menace de rétorsion fictive: la suspension du compte netflix de Vladimir Poutine. «House of cards», «Games of Thrones», c’est fini», tempête un John Kerry imaginaire.
On reste dans le monde de la télévision avec une expérience norvégienne, dont le succès ne se dément pas. Le concept nous fascine, à nous chaîne d’info où tout va très vite: la télé publique norvégienne a décidé de se réinventer ces derniers mois en passant à ce qu’on appelle la «slow TV», ou «télé lente». A lire dans The Guardian.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

31/08/2016 Revue de presse internationale

"Et à la fin, Macron tua le père"

Au menu des cette revue de presse française et internationale, les réactions à la démission d'Emmanuel Macron du poste de ministre de l’Économie. Une sortie du gouvernement qui...

En savoir plus

30/08/2016 Revue de presse internationale

Dilma Roussef : discours émouvant, mais sans plus

Au menu de cette revue de presse internationale, le plaidoyer peu convaincant de Dilma Roussef devant le Sénat pour éviter sa destitution, le cessez-le-feu historique entre les...

En savoir plus

30/08/2016 Revue de presse française

Présidentielle 2017 : "des patrons sans illusion"

Au menu de cette revue de presse française, l'ouverture de l'Université d'été du Medef et des "patrons en campagne" à huit mois de la présidentielle. Sur le front agricole,...

En savoir plus

29/08/2016 Revue de presse internationale

Tensions entre Grecs et réfugiés sur l’île de Chios

Au menu de cette revue de presse internationale, la situation de plus en plus explosive sur l'île de Chios, en mer Égée, depuis que la Turquie n'entrave plus le flot de migrants,...

En savoir plus

29/08/2016 Revue de presse française

Le plan pour l'islam de France

Au menu de cette revue de presse, le coup d’envoi de la primaire à droite vire au duel entre Juppé et Sarkozy, une droite qui "ne fait plus rêver" pour Libération. Ces primaires...

En savoir plus