Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Live by Night ", quand Ben Affleck joue les gangsters

En savoir plus

FACE À FACE

Primaire à gauche : Manuel Valls en difficulté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Brexit et météo : le froid s'installe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Un effet Trump" sur l'emploi américain ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : un camp de déplacés visé par erreur par l'armée, 52 morts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brexit rime avec "Frexit"

En savoir plus

LE DÉBAT

Royaume-Uni - UE : un Brexit radical ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François de Rugy : "Macron ne dit rien sur l'écologie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 19/03/2014

"Les poupées russes"

© France 24

Presse internationale, Mercredi 19 mars 2014. Au menu de cette revue de presse, l’officialisation de l’annexion russe de la Crimée par Poutine, l’embarras occidental, la liste d’Obama qui amuse, et les vertus de la «télé lente».

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale avec la signature, hier, par Vladimir Poutine, d’un accord sur le rattachement de la Crimée à la Russie, avec les nouveaux dirigeants pro-russes de la péninsule.
 
Il l'avait dit, il l'a fait, et il s’est même payé le luxe de se faire applaudir longuement par le parlement. Poutine super tsar, triomphal à la Une du journal russe Russkaya Gazeta, qui exulte de joie, et évoque la «réunion» de la Crimée avec la Russie.
 
The International New York Times ne parle pas de «réunion», mais d’«annexion».
 
Poutine, à la Une également du Wall Street journal, «au moment de la signature du traité annexant la Crimée», dit la légende. En compagnie, cette fois, du président du Parlement criméen, Vladimir Constantinov.
 
Le président russe n’a semblé nullement impressionné par les menaces américaines et européennes, ce dont les Occidentaux ne semblent toujours pas revenir. Le culot de Vladimir Poutine constitue une sorte de mystère qu’ils ont bien du mal à percer.  The Daily Beast en est à décrypter le langage corporel du président russe, dont il évoque «l’amertume dans la voix». Une amertume que le site américain s’explique par deux décennies d’humiliations infligées par l’Europe et les Etats-Unis à la Russie, traitée depuis la chute du Mur de Berlin comme une puissance de deuxième voire de troisième zone. «Pour Poutine comme pour beaucoup de gens en Russie, récupérer la Crimée c’est une question de fierté nationale».
 
Les sanctions, la Russie et la Crimée, qu’on retrouve dans ce dessin du China Daily transformée en poupées russes. D’après le journal chinois, la plus grande d’entre elles, serait celle aux couleurs de l’Amérique.
 
Un avis qu’est loin de partager The Wall Street Journal, qui évoque les «sanctions pas sérieuses de Barack Obama», et affirme que Poutine lui-même n’avait pas prévu lui-même une réaction aussi «faible». Le journal se moque de la liste des responsables russes et ukrainiens que la Maison-Blanche dit vouloir sanctionner: 7 Russes et 4 Ukrainiens, en tout et pour tout, dont  2 personnalités russes, seulement, de premier plan. Parmi elles, aucun des grands argentiers de Poutine. Une liste que le président Obama a qualifiée de réponse «calibrée» à l’annexion russe.
 
Les menaces américaines, balayées par le Kremlin, inspirent même quelques satires, du côté de la presse outre-Atlantique, comme en témoigne cet article du New Yorker sur une menace de rétorsion fictive: la suspension du compte netflix de Vladimir Poutine. «House of cards», «Games of Thrones», c’est fini», tempête un John Kerry imaginaire.
On reste dans le monde de la télévision avec une expérience norvégienne, dont le succès ne se dément pas. Le concept nous fascine, à nous chaîne d’info où tout va très vite: la télé publique norvégienne a décidé de se réinventer ces derniers mois en passant à ce qu’on appelle la «slow TV», ou «télé lente». A lire dans The Guardian.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

18/01/2017 Revue de presse internationale

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

Au menu de la revue de presse internationale de ce mercredi, les commentaires des journaux anglo-saxons après le Brexit radical décidé par Londres. Les amateurs de jeux de mots...

En savoir plus

18/01/2017 Brexit

"Brexit et météo : le froid s'installe"

"Ressenti" est le mot à la Une de la revue de presse française de ce mercredi. Il y a le ressenti des journaux après le choix d'un Brexit radical décidé hier par Theresa May. Il...

En savoir plus

17/01/2017 Revue de presse internationale

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 17 janvier, le discours très attendu de Theresa May sur le Brexit et la réaction des Européens aux critiques de Donald...

En savoir plus

17/01/2017 Revue de presse française

"Trump défie l'Europe"

Au menu de cette revue de presse française, mardi 17 janvier, les réactions aux déclarations de Donald Trump dans son interview à Bild et au Times, la campagne pour la primaire...

En savoir plus

16/01/2017 Revue de presse internationale

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

Au menu de cette revue de presse internationale du lundi 16 janvier : l’avertissement de la CIA à Donald Trump, l’exécution de trois chiites à Bahreïn et une nouvelle émeute dans...

En savoir plus