Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La France tente de contrer la propagande djihadiste

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

Afrique

Biens mal acquis : le fils du président de Guinée équatoriale mis en examen

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/03/2014

Des magistrats financiers français ont mis en examen Teodorin Obiang, le fils du président de Guinée équatoriale dans le cadre de leur enquête sur les biens mal acquis. Il est soupçonné de blanchiment de fonds publics étrangers.

Du nouveau dans l'affaire des "biens mal acquis". Le fils du président de Guinée équatoriale et par ailleurs, vice-président de son pays, Teodorin Obiang, a été mis en examen mardi 18 mars pour blanchiment, a-t-on appris mercredi de source judiciaire et auprès de son avocat, qui confirmait une information de M6.

"Nous avons toujours dit qu'il ne cherchait pas à se soustraire à la justice. Il fallait que cet interrogatoire de première comparution se déroule dans des conditions compatibles avec les fonctions qu'il exerce et avec l'immunité qui s'y attache", a précisé Me Emmanuel Marsigny, l'avocat de Teodorin Obiang. Cette mise en examen a été notifiée lors d'une audition organisée par visio-conférence, a-t-il ajouté.

Selon Me Marsigny, lors de l'audition, Teodorin Obiang a refusé de répondre aux questions sur le fond, toujours au nom de son "immunité de juridiction totale à l'étranger", qui n'a pas été levée par les autorités de son pays.

Protégé par son immunité

Depuis décembre 2010, des magistrats financiers sont chargés d’enquêter sur les conditions dans lesquelles trois chefs d'État africains - Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang et le défunt président gabonais Omar Bongo - ont acquis un important patrimoine immobilier et mobilier en France.

Les magistrats avaient lancé à l'été 2012 un mandat d'arrêt international contre Teodorin Obiang après son refus de répondre à une convocation des juges. Il avait invoqué son statut de vice-président de son pays, qui octroie à ses yeux une immunité de juridiction.

Eu égard à cette immunité, Teodorin Obiang entend désormais saisir la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris d'une "requête sur la légalité de cette mise en examen".

Avec AFP

Première publication : 19/03/2014

  • SÉNÉGAL

    Biens mal acquis : Karim Wade inculpé et incarcéré

    En savoir plus

  • CONGO

    Denis Sassou Nguesso dénie à la justice française "le droit" d'enquêter sur les "biens mal acquis"

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Biens mal acquis : Paris soutient les enquêtes contre les ex-dignitaires sénégalais

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)