Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

FRANCE

Arbitrage Tapie : face à face entre Lagarde et son ex-directeur de cabinet

© AFP

Vidéo par Karina CHABOUR

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/03/2014

La directrice du FMI, Christine Lagarde, est confrontée mercredi à son ex-directeur de cabinet à Bercy, Stéphane Richard, qui entend mettre l'ex-ministre de l'Économie "face à ses contradictions" dans l'enquête sur l'arbitrage Tapie.

Il s’agit de la troisième visite de Christine Lagarde à la Cour de justice de la République (CJR) dans le cadre de l’arbitrage Tapie. L’actuelle patronne du Fonds monétaire international (FMI) est confrontée, mercredi 19 mars à Paris, à son ex-directeur de cabinet à Bercy, Stéphane Richard. Celui-ci entend mettre l'ex-ministre de l'Économie "face à ses contradictions" dans l'affaire Tapie et se dit “très serein”, selon son entourage.

Habilitée à enquêter et à juger les faits commis par des ministres dans l'exercice de leur fonction, la CJR a placé Christine Lagarde sous le statut de témoin assisté en mai 2013. Elle avait alors échappé à une mise en examen, qui l'aurait sans doute contrainte à quitter ses fonctions au FMI. Depuis, l'institution internationale a toujours assuré Christine Lagarde de son soutien.

"Différence de traitement"

Une "différence de traitement" que, selon son entourage, "n'a jamais compris" Stéphane Richard, actuel PDG d'Orange, qui fait partie des cinq mis en examen pour "escroquerie en bande organisée" dans le volet non ministériel du dossier. Les quatre autres concernés sont Bernard Tapie, l'avocat de l'homme d'affaires, Me Maurice Lantourne, un des juges arbitres, Pierre Estoup, et l'ex-patron du CDR, la structure chargée de gérer l'héritage du Crédit lyonnais, Jean-François Rocchi.

La commission d'instruction de la CJR, pour sa part, entend comprendre le rôle qu'a pu jouer Christine Lagarde dans le choix pris à l'automne 2007 de préférer à la justice de droit commun, l'arbitrage, c'est-à-dire une justice privée, pour clore le long litige entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais sur la revente d'Adidas. Ce tribunal composé de trois arbitres avait octroyé quelque 400 millions d'euros à Bernard Tapie, dont 45 millions d'euros au titre du préjudice moral.

Les juges cherchent à déterminer si cette sentence est le fruit d'un "simulacre" d'arbitrage organisé avec l'aval du pouvoir.

Avec AFP

Première publication : 19/03/2014

  • INTERNET

    Le fils de Bernard Tapie lance un site internet pour rétablir "la vérité"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire Tapie : ouverture d'une information judiciaire pour fraude fiscale

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'État va emprunter 4,5 milliards d'euros pour solder la dette du Crédit Lyonnais

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)