Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Afrique

Nord-Mali : Ibrahim Ag Mohamed Assaleh crée un mouvement dissident du MNLA

© AFP

Texte par Steven JAMBOT

Dernière modification : 20/03/2014

L’ancien chargé des relations extérieures du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) a créé son propre mouvement rebelle touareg au Nord-Mali, la Coalition du peuple pour l'Azawad (CPA). Objectif : relancer les négociations avec Bamako.

Des tensions qui agitent depuis plusieurs mois le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) vient de naître un groupe dissident. Mardi 18 mars, Ibrahim Ag Mohamed Assaleh, ancien haut cadre du mouvement indépendantiste touareg, a officiellement lancé son propre mouvement politico-militaire : la Coalition du peuple pour l'Azawad (CPA).

"Après concertation avec plusieurs proches, nous avons décidé de faire cette déclaration officielle à l'intérieur et non à l'extérieur des frontières de l'Azawad, afin de mieux représenter son peuple", a expliqué Ag Mohamed Assaleh, joint par téléphone par "Jeune Afrique".

Cette dissidence devait être officialisée à Alger, mais c'est finalement à Hassi Labyad, à 350 kilomètres au nord-ouest de Tombouctou, que la naissance de la CPA a été proclamée.

"Une carte très opportuniste"

André Bourgeot, directeur de recherche au CNRS, voit dans cette annonce d'Ag Mohamed Assaleh la volonté de "rebondir politiquement". L'ancien député du cercle de Bourem, dans la région de Gao, faisait partie de la délégation touareg lors des négociations de juin dernier à Ouagadougou (Burkina Faso), sous l'égide de la Cédéao, censées trouver une issue aux revendications du Nord-Mali. Mais son positionnement, jugé trop proche des intérêts de Bamako, n'a pas été du goût du secrétaire général du MNLA, Bilal Ag Chérif, qui a choisi de le mettre à l'écart. Peu après la naissance de la CPA, le leader du nouveau mouvement touareg a d'ailleurs expliqué à "Jeune Afrique" vouloir "faire appel aux autorités de Bamako pour mettre en œuvre le processus de Ouagadougou", bloqué depuis plusieurs mois. Pour André Bourgeot, Ag Mohamed Assaleh "joue une carte très opportuniste". "S'étant retrouvé isolé à Ouagadougou, il veut maintenant rééquilibrer les choses", explique le chercheur.

Mais sur qui peut-il s'appuyer ? Dans l'interview qu'il avait accordée le 10 mars à "Jeune Afrique", il revendiquait le soutien "d'une majorité des cadres du MNLA" et disait pouvoir compter sur "près de 8 000 combattants armés". Sur le premier point, le chargé de communication du MNLA, Mossa Ag Attaher, a tenu à préciser dans un communiqué publié le 11 mars que "le mouvement n'a enregistré aucune dissidence au sein de son bureau politique". Quant au nombre de combattants revendiqués par le leader du CPA, "8 000 ne tient pas la route", assure André Bourgeot qui juge ce chiffre "pas très sérieux".

Renforce la "confusion" qui règne au Nord

En déplacement au Niger, Ibrahim Ag Mohamed Assaleh n'était pas présent, mardi 18 mars, à Hassi Labyad pour la création de la CPA. Mais il a affirmé à "Jeune Afrique" que plusieurs anciens membres du MNLA, mais aussi du Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), et du Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA), ont pris part à la réunion de lancement et rallié le nouveau mouvement touareg.

Selon André Bourgeot, la création de ce nouveau mouvement touareg "sème la confusion dans la situation politique du Nord déjà très perturbée". Occupé entre 2012 et début 2013 par des groupes armés incluant des rebelles touareg et des groupes djihadistes, le Nord-Mali est toujours en proie à l’instabilité. Malgré la médiation des forces de paix franco-africaines, Bamako et les différentes factions touareg ne sont toujours pas parvenues à un accord sur le retour de l’administration publique dans le Nord et le cantonnement des groupes armés. Une situation qui empêche le retour des centaines de milliers de personnes déplacées par le conflit. Fin février, le Bureau des Nations unies pour la coordination des Affaires humanitaires (OCHA) faisait état de 170 000 Maliens toujours réfugiés à l'étranger et de 199 000 déplacés internes dans le pays.
 

Première publication : 19/03/2014

  • DIPLOMATIE

    Le Maroc et l'Algérie se disputent le rôle de médiateur dans la crise malienne

    En savoir plus

  • MALI

    Mali : un responsable du MNLA annonce la reprise des hostilités contre l’armée

    En savoir plus

  • MALI

    Manifestations des pro-MNLA à Kidal, la traque des djihadistes se poursuit

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)