Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 20/03/2014

"Fictions"

© France 24

Presse française, jeudi 20 mars 2014. Au menu de cette revue de presse, les réactions aux précisions de Mediapart sur le contenu des écoutes de Nicolas Sarkozy, la discrétion de la droite après ces révélations. Et les municipales de dimanche, entre Front national et abstention.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de la presse française, ce matin, les réactions aux révélations du site Mediapart qui confortent les soupçons de trafic d’influence par Nicolas Sarkozy.
 
Libération, qui a invité 38 écrivains dans sa rédaction, Salon du livre de Paris oblige, évoque "le mauvais roman des écoutes". Invitée à signer l’édito du journal, Maylis de Kerangal, parle d’un "matériau (la transcription des écoutes) travaillé par de multiples dispositifs fictionnels (qui) revitalise, par le ton inédit qu’elle fait surgir, ces motifs pourtant éculés de l’exercice du pouvoir: le trafic d’influence, la corruption".
 
Tout aussi sévère, l’Humanité dénonce un "outrage" fait à la République, et accuse Nicolas Sarkozy d’avoir mis en place "un cabinet noir parmi les magistrats pour échapper à la justice".
 
La presse française revient également sur le coût politique de ces révélations pour Nicolas Sarkozy, dont l’éventuel retour se complique. Les Echos écrivent que l’ancien président semblait jusqu’ici "vacciné des affaires", mais ils se demandent s’il en sera de même pour l’affaire des écoutes - car cette fois, "l’ex-président est mis en cause lui-même, et plus seulement par l’intermédiaire de ses proches".
 
Tout en rappelant que Nicolas Sarkozy "a droit comme tout le monde à la présomption d’innocence", Le Parisien évoque lui aussi "le coût politique exorbitant" de cette affaire "pour celui qui rêvait de prendre sa revanche en 2017". Le quotidien affirme que "la chasse aux taupes est ouverte": qui est le "correspondant" évoqué par l’avocat de Nicolas Sarkozy, maître Herzog, lorsque celui-ci lui annonce une perquisition dans le cadre de l’affaire du financement libyen de la campagne de 2007 ?
 
Les révélations de la presse, à la veille du premier tour des municipales, ont laissé la droite "quasiment sans voix", d’après L’Opinion, qui relève qu’"alors que la gauche clame son indignation, la contre-attaque politique de la droite est plus discrète". Le journal s’inquiète de ce que "le principe de justice (soit) remplacé par le principe de soupçon".
 
La riposte la plus claire est venue de Thierry Herzog en personne, rapporte Le Figaro. L’avocat dénonce une volonté de "nuire à (son) honneur", et estime "illégale la retranscription des surveillances".
 
Touchée par les affaires, la droite pourrait également subir, dimanche, les conséquences de la montée du FN. D’après le journal le Monde, il serait en mesure de menacer « la reconquête de l’UMP », dimanche.
 
Mais la grande inconnue de ces élections municipales, c’est l’abstention, rappelle Le Parisien. D’après plusieurs sondeurs, le record de 2008 devrait être battu, avec plus de 40 % des électeurs qui n’iront probablement pas voter dimanche au premier tour.
 
S’adonneront-ils plutôt au plaisir de la lecture? C’est ce soir qu’est inauguré le Salon du livre de Paris - l’occasion pour la Croix de revenir sur ce qu’est "la joie de lire".
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 Donald Trump

"C'est parti pour le show"

Toute la presse française titre ce matin, presque sans exception, sur l’investiture de Donald Trump. Les journaux reviennent également sur le dernier débat avant le premier tour...

En savoir plus

20/01/2017 Donald Trump

"Du neuf dans un nouveau monde"

La presse mondiale revient ce matin évidemment sur l’investiture de Donald Trump. La situation en Gambie n’est toutefois pas oubliée.

En savoir plus

18/01/2017 Revue de presse internationale

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

Au menu de la revue de presse internationale de ce mercredi, les commentaires des journaux anglo-saxons après le Brexit radical décidé par Londres. Les amateurs de jeux de mots...

En savoir plus

18/01/2017 Brexit

"Brexit et météo : le froid s'installe"

"Ressenti" est le mot à la Une de la revue de presse française de ce mercredi. Il y a le ressenti des journaux après le choix d'un Brexit radical décidé hier par Theresa May. Il...

En savoir plus

17/01/2017 Revue de presse internationale

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 17 janvier, le discours très attendu de Theresa May sur le Brexit et la réaction des Européens aux critiques de Donald...

En savoir plus