Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

EUROPE

Iatseniouk à FRANCE 24 : "Kiev ripostera en cas de nouvelle incursion russe"

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/03/2014

Invité sur le plateau de FRANCE 24, jeudi, le Premier ministre ukrainien est revenu sur la crise diplomatique qui oppose son pays à la Russie. Le chef du gouvernement se dit prêt à négocier mais accuse Moscou de bloquer les discussions.

L’Ukraine se dit toujours prête à négocier avec la Russie. Voici en substance ce qu’a déclaré le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, lors d'un entretien exclusif, jeudi 20 mars, sur FRANCE 24. "Je crois sincèrement que la solution à ce conflit passe par la paix, a-t-il déclaré. J'estime qu’il vaut toujours mieux une mauvaise paix qu’une guerre parfaite", a-t-il ajouté.

Arseni Iatseniouk n’a toutefois pas perdu son verbe guerrier et a tenu à mettre en garde Moscou. "L’Ukraine a toujours été prête à négocier mais la Russie lui a pointé un revolver sur la tempe […] La Russie bloque et rejette toutes les négociations", a-t-il regretté avant de menacer le Kremlin. "Si elle continue ses incursions en territoire ukrainien, Kiev ripostera par tous les moyens".

Le chef du gouvernement ukrainien avait déjà estimé la veille que le conflit en Crimée était passé "de la phase politique à une phase militaire", à la suite de la mort d'un soldat ukrainien, mardi, en Crimée.

Arseni Iatseniouk a également tenu des propos virulents contre la Russie qu’elle accuse de "fascisme". "Ce qui se passe en Crimée ressemble à ce qu’il se passait en Allemagne dans les années 1930", a-t-il souligné en faisant référence à l’invasion de la Tchécoslovaquie, où vivaient trois millions d’Allemands, par les troupes hitlériennes en 1939.

"Aujourd’hui, la Russie est isolée sur l’échiquier international. Les Occidentaux sont vent debout contre Moscou", a-t-il assuré, tout en accusant le Kremlin de tirer le conflit à son avantage. éLa Russie a envoyé des espions et des provocateurs en Ukraine pour déstabiliser mon pays [….] Mais l’Ukraine se défendra", a-t-il promis à plusieurs reprises.

Première publication : 20/03/2014

  • CRIMÉE

    Les Tatars de Crimée craignent de perdre à nouveau leurs terres

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Donetsk à l’heure de la "guerre idéologique" des partisans de Moscou

    En savoir plus

  • CRIMÉE

    Kiev hausse le ton après l'occupation de ses bases en Crimée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)