Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les "étudiants attardés" du PS"

En savoir plus

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

EUROPE

La France suspend l'essentiel de sa coopération militaire avec la Russie

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/03/2014

L’Union européenne et l’Ukraine ont signé, vendredi, le volet politique de leur accord de coopération. Dans la foulée, le ministre français de la Défense a annoncé la suspension des activités de collaboration militaire avec la Russie.

Le ministre français de la Défense Jean-Louis Le Drian a annoncé vendredi la suspension de "la plupart de ses activités de coopération militaire avec la Russie", notamment les exercices militaires conjoints et les échanges de visites.

En visite à Tallinn dans le cadre d’une tournée en Pologne et dans les Pays baltes, il a également proposé à ses partenaires européens l’envoi de quatre avions de combat afin d’assurer la continuité de la mission de l'Otan chargée de la surveillance de l'espace aérien de ces pays depuis 2004.

Une proposition qui reste cependant soumise au feu vert des instances de l’Alliance atlantique.

Interrogé à ce sujet lors d’une conférence de presse vendredi à Bruxelles, le président français François Hollande a assuré qu’il ne s’agissait "sûrement pas" d’une escalade militaire. "Il s’agit d’exprimer a nos alliés l’expression de notre solidarité et de veiller à ce que des missions de sécurité soient organisées", a-t-il expliqué.

Positions renforcées

Par ailleurs, le chef de l’État français a insisté sur "la nécessité d’en finir avec la montée des tensions qui n’est pas sans rappeler la guerre froide". Il a rappelé qu’il était "très important de prendre des sanctions". "Il y en a d’immédiates", a-t-il précise, évoquant notamment "la liste des personnalités [visées] et les conséquences que cela aura pour leur circulation et leur patrimoine."

Plus tôt dans la journée, le Parlement russe a voté à l’unanimité l'annexion de la Crimée tandis que le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk et les dirigeants européens ont signé le volet politique de leur accord d'association, à l'origine de la crise entre Moscou et l'Occident. Les Européens marquent ainsi leur soutien fort à l'Ukraine, au lendemain de leur décision de durcir le ton contre Moscou.

Avec AFP
 

Première publication : 21/03/2014

  • UKRAINE

    Kiev et Bruxelles scellent leur accord, la Crimée devient russe

    En savoir plus

  • JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

    Ukraine : la Russie sanctionnée par les Occidentaux

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Reportage : l’est de l'Ukraine sur le pied de guerre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)