Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

FRANCE

Une application pour dire "stop" aux contrôles d'identité au faciès

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/03/2014

Pour permettre au plus grand nombre de garder une trace des contrôles de police et si besoin en produire la preuve en justice, le collectif Stop le contrôle au faciès a lancé vendredi une application accessible sur ordinateur, tablette et smartphone.

À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, les associations du collectif Stop le contrôle au faciès ont lancé, vendredi 21 mars, une application web pour signaler les contrôles d’identité jugés abusifs. Accessible depuis un ordinateur, une tablette ou un smartphone, cette application permet à n’importe qui de rapporter un incident avec les forces de l’ordre.

Développée par deux jeunes codeurs de Simplon.co, un centre de formation au code informatique basé à Montreuil, l’application vise à obtenir "une visibilité sur qui contrôle qui, où, quand, pourquoi, comment, avec quel résultat et à quel prix". Pour le collectif, il s'agit aussi de disposer d'une base de données "systématisées" pour identifier si des lieux ou des agents posent un problème particulier.

Sur cette application, chacun peut remplir, de manière anonyme, un formulaire détaillant les conditions du contrôle, le motif donné par l'agent, son matricule et si le contrôle a dérapé avec des violences ou des propos discriminatoires. L’utilisateur peut choisir de s’en tenir au simple signalement - pour en garder une trace en cas de litige ultérieur -, sans déclencher de procédure. Mais si elle souhaite donner une suite juridique, la personne qui s'estime victime peut demander à être recontactée par le collectif pour recevoir une assistance et "faire valoir ses droits", précise le site.

L’idée est de démontrer qu’il serait simple d’instaurer un récépissé de contrôle d’identité réclamé de longue date par les associations, mais enterré par Manuel Valls en septembre 2012.

Avec AFP

Première publication : 21/03/2014

  • Exposition

    Un "travail d'arabe" pour déconstruire les stéréotypes

    En savoir plus

  • FRANCE

    Marche contre le racisme : "Il faut montrer que la France n'est pas comme ça"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Taubira et Valls main dans la main contre le racisme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)