Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

2.500 hommes supplémentaires et un mandat plus robuste pour la Minusma au Mali

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les enfants syriens à l'usine plutôt qu'à l'école

En savoir plus

FOCUS

Le lithium bolivien : une arlésienne ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit : "See EU Later !"

En savoir plus

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

FRANCE

Écoutes : Hollande juge "insupportable" la comparaison de Sarkozy

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/03/2014

François Hollande a riposté jeudi aux critiques formulées par Nicolas Sarkozy envers l’État dans sa tribune publiée dans Le Figaro. Le chef de l'État a rappelé que la France était un "pays démocratique".

Comparer la justice française à celle d'une dictature est "insupportable", a déclaré jeudi soir François Hollande après la tribune de Nicolas Sarkozy publiée dans le journal "Le Figaro". L'ancien président, qui assimile les écoutes judiciaires dont il est l'objet aux méthodes de la Stasi, la police politique de l'ex-RDA, affirme que les fondamentaux de la République ont été "foulés au pied" dans les procédures qui le visent.

"Notre pays est un pays démocratique, un pays qui est fier d'être reconnu comme celui des droits de l'homme où la justice, en tout cas j'y veille depuis que je suis président de la République, peut agir en toute indépendance", a répliqué le chef de l'État lors d'une conférence de presse organisée au soir de la première journée du Conseil européen à Bruxelles. "Laisser penser que notre pays, notre république puisse ne pas être fondée sur les libertés, c'est introduire un doute qui n'a pas sa place, et toute comparaison avec des dictatures est forcément insupportable", a-t-il ajouté.

François Hollande a par ailleurs souligné qu'il "ne répondrait à aucune polémique". "Mon devoir comme tout président de la République, c'est d'assurer l'indépendance de la justice, la séparation des pouvoirs, l'exercice des droits de la défense, la présomption d'innocence, le respect des décisions de la chose jugée qui s'imposent à tous".

Renforcer l'indépendance de la justice

Ces écoutes sont "encadrées par une loi de 2004", a-t-il rappelé relevant qu'à l'époque "ce n'était pas la majorité actuelle qui était en responsabilité".

Le président de la République a par ailleurs mis en exergue que les juges "lorsqu'ils décident du déclenchement d'une écoute judiciaire" doivent aussitôt "en informer le bâtonnier quand il s'agit d'un avocat" et doivent en demander le renouvellement "au bout de quatre mois".

Il a réaffirmé sa volonté que la réforme du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) "puisse aboutir" afin que "l'indépendance de la justice soit encore renforcée".

Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 21/03/2014

  • ÉCOUTES

    Sarkozy sort de son silence et dénonce des méthodes dignes de la Stasi

    En savoir plus

  • FRANCE

    Écoutes de Sarkozy : Me Herzog riposte aux révélations de Mediapart

    En savoir plus

  • ÉCOUTES

    Mediapart : Sarkozy et son avocat ont tenté d'entraver le cours de la justice

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)