Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le scandale irlandais"

En savoir plus

  • Reprise des hostilités à Gaza, Israël rappelle ses négociateurs au Caire

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

  • Le bilan d'Ebola s'alourdit encore en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

EUROPE

Barroso sur FRANCE 24 : "L'accord d'association signé avec l'Ukraine est historique"

© FRANCE 24

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/03/2014

Le président de la Commission européenne a salué sur France 24 l'accord de coopération entre l'Union européenne et l’Ukraine dont le volet politique a été signé vendredi à Bruxelles.

Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk et les dirigeants européens ont signé vendredi 21 mars à Bruxelles le volet politique de leur accord d'association, à l'origine de la crise entre Moscou et l'Occident. Le texte, signé par les 28 dirigeants de l'UE, vise à arrimer l'Ukraine à l'Union, en engageant les deux parties dans une association politique et une intégration économique. Il ne prévoit cependant pas à terme d'adhésion de l'Ukraine.

Sur FRANCE 24, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, s’est félicité de la signature de cet accord qui "scelle l’alliance entre l’Union européenne et l’Ukraine". "À mon avis, la meilleure réponse au comportement de Moscou, c’est de montrer qu’une Ukraine indépendante, stable, démocratique peut fonctionner en étant plus proche de l’Union européenne. C’est pourquoi l’accord que nous avons signé aujourd’hui est un accord historique", a-t-il expliqué

"Finalement, c’est ce que les Ukrainiens qui manifestaient dans les rues de Kiev et ailleurs en Ukraine réclamaient lorsqu’ils ont condamné un gouvernement qui avait paraphé un accord avec l’Union européenne mais n’était pas en mesure de le signer par des pressions russes", a poursuivi le président de la Commission européenne.

Seul le volet politique de l’accord a été signé pour l’instant, le volet économique devrait suivre. "L’Union européenne a déjà annoncé une aide de 1,6 milliard d'euros qui doit maintenant être approuvée dans les meilleurs délais par nos gouvernements, une fois l’accord du Fonds monétaire international afin d’avoir des garanties sur la façon dont cet argent est dépensé", a expliqué José Manuel Barroso.

Intégralité de l'interview de José Manuel Barroso

Une position ferme face à Moscou

Quant au positionnement européen face à l’attitude de Moscou, José Manuel Barroso a rappelé la "détermination" de tous les États membres de l’Union européenne. "On est en train de montrer qu’il y a des conséquences à des actes que l’on ne peut pas accepter au XIXe siècle. Nous avons pris des mesures politiques très très importantes qui montrent que l’Union européenne, et je crois même la communauté internationale, ne peut pas accepter ce genre de comportement." Et d’ajouter : "On ne considère plus la Russie dans le G8."

La Commission européenne a été chargée, vendredi, de préparer un nouveau round de sanctions si les choses s’accéléraient dans l’est de l’Ukraine. "On a pris certaines mesures ciblées contre certaines personnes (…) mais on a aussi demandé à la Commission de préparer des éventuelles mesures au cas où la déstabilisation continuerait. (…) Ce sont des mesures dans l’ensemble des secteurs économiques. Les chefs d’État et de gouvernement ont décidé de ne pas spécifier", a-t-il expliqué sans plus de précision.

Et de conclure sur ce point : "Notre objectif n’est pas des sanctions pour des sanctions, mais d’engager la Russie dans un comportement constructif. Nous voulons avant tout la paix et la stabilité."

Première publication : 21/03/2014

  • UKRAINE

    Reportage : l’est de l'Ukraine sur le pied de guerre

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'Union européenne resserre l’étau économique autour de Moscou

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Iatseniouk à FRANCE 24 : "Kiev ripostera en cas de nouvelle incursion russe"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)