Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Les drones, des jouets qui peuvent être dangereux

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile témoigne de la tempête de neige aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

EUROPE

Reportage : l’est de l'Ukraine sur le pied de guerre

© Mehdi Chebil / FRANCE 24

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Mehdi CHEBIL

Dernière modification : 21/03/2014

Kiev a discrètement renforcé son dispositif militaire dans l’est de l’Ukraine afin de dissuader toute intervention militaire de Moscou dans ces régions secouées par de virulents mouvements sécessionnistes pro-russes.

Les premiers blocs de béton massifs ont fait leur apparition au poste-frontière de Novoazovsk le 16 mars dernier, le jour même où la Crimée votait massivement son rattachement à la Russie. Ironie de l’histoire, certains de ces tétrapodes ramenés à la va-vite pour bloquer la route sont recouverts de peinture à la gloire des tankistes soviétiques de la seconde guerre mondiale.

"Nous sommes prêts à toute éventualité", déclare à FRANCE 24 Igor Lisagoub, capitaine au sein du corps de gardes-frontières ukrainiens. Mais, sans armes lourdes ni renforts militaires, la petite dizaine de soldats postés ici seraient complètement impuissants face à une attaque russe.

"Nous n’avons remarqué aucun mouvement militaire menaçant de l’autre côté de la frontière et la situation est calme pour le moment. Mais depuis deux semaines nous avons intensifié nos contrôles pour empêcher des provocateurs russes de venir participer aux manifestations anti-gouvernementales dans la région", ajoute le capitaine Igor Lisagoub.

Renforcement du dispositif militaire

Il faut s’enfoncer une soixantaine de kilomètres plus en profondeur pour rencontrer les premiers vrais renforts militaires ukrainiens. Près du village d’Anadol, des dizaines de soldats bien équipés sont en train de creuser une tranchée autour de leur camp. Un tank léger déployé à l’entrée de la base permet à ces renforts venus de Dnipropetrovsk, grande ville située entre Kiev et Donetsk, de disposer d’un minimum de puissance de feu.

"Les habitants du village de Mitchourino ont été réveillés à 4 heures du matin par le passage d’un convoi de soldats qui parlaient ukrainiens. Il y avait une vingtaine de véhicules de transport de troupes et quelques tanks", raconte à FRANCE 24 Radion, électricien et responsable local d’une association de chasseurs.

Entre résignation et hostilité

Hormis quelques pro-Ukraine venus de Donetsk, le déploiement des troupes ukrainiennes est accueilli avec un mélange de résignation et d’hostilité dans cette région où les hommes politiques de Kiev - tous bords confondus - sont largement considérés comme corrompus. Radion évoque ainsi une manifestation spontanée de plus d’une centaine d’habitants locaux pour bloquer la route à un convoi militaire ukrainien.

"La population ici est loyale mais nous n’aimons pas cette politique de confrontation stupide, dont Kiev est responsable à 100 %", affirme Radion, dont le frère vit à une cinquantaine de kilomètres de l’autre côté de la frontière russe. "En fait, les nouvelles autorités de Kiev ont juste peur que la Russie prenne ce territoire car elles ne pourraient continuer à voler que dans l’ouest du pays".

 

Première publication : 21/03/2014

  • UKRAINE

    Iatseniouk à FRANCE 24 : "Kiev ripostera en cas de nouvelle incursion russe"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Crimée : les États-Unis dévoilent de nouvelles sanctions, la Russie réplique

    En savoir plus

  • CRIMÉE

    Les Tatars de Crimée craignent de perdre à nouveau leurs terres

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)