Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Asie - pacifique

Malaysia Airlines : un satellite français montre de possibles débris du Boeing

© CCTV

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/03/2014

Les autorités françaises ont transmis dimanche à la Malaisie des images satellites prises au large de l'Australie et montrant des "objets potentiels" susceptibles d'appartenir au Boeing de la Malaysia airlines.

Les autorités françaises ont transmis à la Malaisie de nouvelles images satellites prises au large de l'Australie et montrant ce qui pourrait être des débris du vol MH370 disparu il y a deux semaines, a annoncé dimanche 23 mars le ministre malaisien des Transports. Sur ces images, on voit "ce qui ressemble à des objets à proximité du couloir sud", zone de l'océan Indien où ont actuellement lieu des recherches d'envergure, a-t-il ajouté.

Un peu plus tôt dimanche, le Premier ministre australien Tony Abbott avait fait part de son "espoir" quant à l'avancée des recherches. "Il est encore trop tôt pour être certain, mais de toute évidence nous avons maintenant des signes très crédibles et il y a un espoir croissant, pas plus qu'un espoir, que nous sommes proches de savoir ce qu'il est advenu de l'avion," a-t-il déclaré en se basant sur des images satellites australiennes du 16 mars.

Il s'agit d'"un certain nombres d'objets proches les uns des autres dans la zone de recherche australienne, y compris, comme je l'ai compris, une palette en bois", a précisé Tony Abbott.

La Chine a elle aussi annoncé samedi 22 mars la détection d'un objet "suspect" dans le sud de l'océan Indien où des recherches ont déjà été engagées pour retrouver d'autres objets repérés par satellite. L'endroit où a été repéré cet objet se situe à 120 kilomètres du site en pleine mer, dans le sud de l'océan Indien.

"Piste solide"

Si rien ne permet de dire, à ce stade, que ces pièces appartiennent bel et bien au Boeing 777 de la Malaysia Airlines, ces recherches constituent la piste la plus solide, selon Warren Truss, le vice-Premier ministre australien. "C'est pourquoi tant d'efforts et d'intérêt sont apportés à ces opérations de recherches", a-t-il souligné samedi.

La chaîne chinoise CCTV montre des images d'objets flottants

Dans cette zone située à plus de 2 000 km au sud-ouest de Perth, les recherches ont repris, dès samedi, avec six avions. La Chine, le Japon et l'Inde devaient également envoyer des avions. Deux navires marchands sont déjà sur place, et des bâtiments de la marine australienne et de la marine chinoise font actuellement route vers la zone.

Le Boeing 777 de la Malaysia Airlines s'est volatilisé le 8 mars, avec, à son bord, 239 passagers dont 153 Chinois, une heure après son décollage de Kuala Lumpur.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 23/03/2014

  • ACCIDENT AÉRIEN

    Malaysia Airlines : “Le gouvernement malaisien est le pire des meurtriers !”

    En savoir plus

  • ACCIDENT AÉRIEN

    Malaysia Airlines : recherches suspendues pour la nuit, aucune avancée majeure

    En savoir plus

  • ACCIDENT AÉRIEN

    Malaysia Airlines : de possibles débris du vol MH370 repérés par l’Australie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)