Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Amériques

Nouveaux incidents meurtriers en marge des manifestations anti-Maduro

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/03/2014

Trois personnes ont été tuées samedi dans le pays en marge de manifestations anti-Maduro. Quelque 20 000 personnes s'étaient rassemblées à Caracas pour dénoncer une nouvelle fois le coût de la vie et la "dictature" gouvernementale.

Trois nouveaux décès ont été signalés, samedi 22 mars, au Venezuela par les médias locaux et des témoins, dans les États de Tachira, Merica et Carabobo. La première victime aurait été touchée à l'abdomen pendant une manifestation anti-Maduro, à Valencia, dans le centre du pays. La deuxième personne, un chauffeur de bus, a été victime d'une balle perdue, tandis qu'un troisième homme est décédé après un affrontement entre des hommes cagoulés et un groupe de manifestants armés.

Il semble pour l'heure compliqué de savoir si ces trois événements tragiques sont liés en totalité ou partie aux manifestations qui opposent une partie de la population vénézuelienne aux forces de l'ordre.

Depuis le mois de février, en effet, des dizaines de milliers de manifestants défilent dans les rues du pays pour protester contre ce qu'ills appellent "la dictature" socialiste de Nicolas Maduro. Ils s'insurgent également contre l'insécurité croissante, l'inflation, les pénuries et désormais les brutalités policières. Ces dernières semaines, les protestations se sont étendues à plusieurs villes du Venezuela qui ont vu fleurir des barricades improvisées. Jusqu'à présent, le bilan des personnes tuées s'élevait à 31 personnes en près de deux mois.

"Nous sommes venus aux noms de ceux qui sont persécutés"

Samedi 22 mars, ce sont environ 20 000 personnes qui ont à nouveau convergé pacifiquement vers l'est aisé de Caracas, bastion de l'opposition. "Pour la liberté, stop à la dictature", pouvait-on lire sur une banderole tendue parmi une multitude de pancartes et de drapeaux vénézuéliens et de partis politiques, ont constaté des journalistes de l'AFP. Les manifestants ont promis de poursuivre le mouvement jusqu'à la démission de Nicolas Maduro.

Le gouverneur Henrique Capriles, deux fois candidat malheureux à la présidence et principale figure de l'opposition, était présent lors de la marche contestataire. "Nous sommes venus non seulement au nom de ceux qui sont persécutés mais aussi au nom de notre peuple, qui souffre en ce moment, qui ne trouve ni nourriture ni médicaments", a-t-il déclaré à la presse mais sans prendre la parole publiquement.

Parallèlement, dans le centre-ville, à majorité "chaviste", une foule d'étudiants était mobilisée pour soutenir le pouvoir et dénoncer des attaques contre l'Université expérimentale des Forces armées."Nous sortons manifester contre le fascisme, dire stop à ces barricades assassines", a clamé un des participants à cette manifestation retransmise par la télévision d'État.

"Cela se nomme terrorisme, vandalisme, fascisme", a déclaré le président socialiste, qui n'a pas hésité à comparer les manifestants à des "descendants de nazis".

Avec AFP

Première publication : 23/03/2014

  • RÉVOLTE SOCIALE

    Venezuela : une étudiante chilienne tuée en marge des manifestations

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Reportage : "Maduro ne sera jamais à la hauteur de Chavez"

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Le bras de fer entre le gouvernement et la rue perdure à l’ouverture du carnaval

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)