Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Frileuses, les entreprises amassent un pactole record au lieu d'investir

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

Afrique

Guinée : les cas de fièvre détectés à Conakry ne sont pas dus à Ebola

© AFP | Désinfection d'un hôpital (archive)

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/03/2014

Les deux patients décédés d'une fièvre hémorragique à Conakry n'étaient pas porteurs du virus Ebola, selon les autorités guinéennes. Samedi, l’Unicef indiquait que l’épidémie, qui a fait 59 morts dans le sud de la Guinée, avait touché la capitale.

Les trois cas de fièvre hémorragique ayant provoqué la mort de deux personnes à Conakry, la capitale de la Guinée, ne sont pas dus au virus Ebola, a déclaré à l'AFP, lundi 24 mars, le docteur Sakoba Kéita, du ministère guinéen de la Santé.

"Pour l'instant, il n'y a pas de fièvre Ebola à Conakry, mais une fièvre hémorragique dont la nature reste à déterminer", a déclaré le docteur après avoir reçu les premiers résultats d'analyses effectuées à l'Institut Pasteur de Dakar dans la nuit de dimanche à lundi.

Dans un communiqué paru samedi, l’Unicef indiquait que l’épidémie de fièvre qui a déjà fait 59 morts dans le sud du pays, s’était propagée jusqu’à la capitale. "Sur les 80 personnes ayant contracté la maladie à ce jour en Guinée, notamment à Macenta, Guéckédou, et Kissidougou en région forestière et tout dernièrement à Conakry, au moins 59 sont mortes", affirmait le document, qui faisait état de trois enfants décédés pour l'instant. Le précédent bilan officiel faisait état de 34 morts.

Les autorités débordées

Des examens faits à Lyon, en France, ont permis d'établir que l’épidémie sévissant dans le sud de la Guinée était bien la fièvre Ebola. "Dans la journée de [vendredi], nous avons eu les premiers résultats venus de Lyon qui nous ont annoncé la présence du virus de la fièvre Ebola comme étant à l'origine de cette flambée de fièvre en Guinée forestière [sud] principalement", avait rapporté, samedi, Sakoba Kéita.

Le virus Ebola se manifeste par une poussée de fièvre, des diarrhées, des vomissements, une fatigue prononcée et parfois un saignement. Il figure parmi les plus mortels chez l'homme, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Il n'existe aucun traitement ni vaccin.

"Nous sommes débordés sur le terrain, nous luttons contre cette épidémie avec les moyens du bord, avec le concours des partenaires (OMS, MSF, UNICEF, etc.), mais sachez que c'est difficile, mais nous y parviendrons", a expliqué le Dr Kéita.

Avec AFP

Première publication : 24/03/2014

COMMENTAIRE(S)