Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

Afrique

Guinée : les cas de fièvre détectés à Conakry ne sont pas dus à Ebola

© AFP | Désinfection d'un hôpital (archive)

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/03/2014

Les deux patients décédés d'une fièvre hémorragique à Conakry n'étaient pas porteurs du virus Ebola, selon les autorités guinéennes. Samedi, l’Unicef indiquait que l’épidémie, qui a fait 59 morts dans le sud de la Guinée, avait touché la capitale.

Les trois cas de fièvre hémorragique ayant provoqué la mort de deux personnes à Conakry, la capitale de la Guinée, ne sont pas dus au virus Ebola, a déclaré à l'AFP, lundi 24 mars, le docteur Sakoba Kéita, du ministère guinéen de la Santé.

"Pour l'instant, il n'y a pas de fièvre Ebola à Conakry, mais une fièvre hémorragique dont la nature reste à déterminer", a déclaré le docteur après avoir reçu les premiers résultats d'analyses effectuées à l'Institut Pasteur de Dakar dans la nuit de dimanche à lundi.

Dans un communiqué paru samedi, l’Unicef indiquait que l’épidémie de fièvre qui a déjà fait 59 morts dans le sud du pays, s’était propagée jusqu’à la capitale. "Sur les 80 personnes ayant contracté la maladie à ce jour en Guinée, notamment à Macenta, Guéckédou, et Kissidougou en région forestière et tout dernièrement à Conakry, au moins 59 sont mortes", affirmait le document, qui faisait état de trois enfants décédés pour l'instant. Le précédent bilan officiel faisait état de 34 morts.

Les autorités débordées

Des examens faits à Lyon, en France, ont permis d'établir que l’épidémie sévissant dans le sud de la Guinée était bien la fièvre Ebola. "Dans la journée de [vendredi], nous avons eu les premiers résultats venus de Lyon qui nous ont annoncé la présence du virus de la fièvre Ebola comme étant à l'origine de cette flambée de fièvre en Guinée forestière [sud] principalement", avait rapporté, samedi, Sakoba Kéita.

Le virus Ebola se manifeste par une poussée de fièvre, des diarrhées, des vomissements, une fatigue prononcée et parfois un saignement. Il figure parmi les plus mortels chez l'homme, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Il n'existe aucun traitement ni vaccin.

"Nous sommes débordés sur le terrain, nous luttons contre cette épidémie avec les moyens du bord, avec le concours des partenaires (OMS, MSF, UNICEF, etc.), mais sachez que c'est difficile, mais nous y parviendrons", a expliqué le Dr Kéita.

Avec AFP

Première publication : 24/03/2014

COMMENTAIRE(S)