Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Mali - pourparlers à Alger : peut-on croire à la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine : la Russie en guerre contre l'Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Les géants américains du tabac à l'assaut de la cigarette électronique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ben l'Oncle Soul toujours en plein rêve pour son deuxième album

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Hong Kong en rébellion contre l’emprise de Pékin

    En savoir plus

  • Vidéo : une rentrée des classes pas comme les autres en Ukraine

    En savoir plus

  • L'ONU envoie une mission pour enquêter sur les crimes de l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Vers un nouveau coup d'État militaire au Pakistan ?

    En savoir plus

  • Cisjordanie : les États-Unis exhortent Israël à renoncer aux expropriations

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Le Premier ministre de retour au Lesotho après un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

Afrique

Guinée : les cas de fièvre détectés à Conakry ne sont pas dus à Ebola

© AFP | Désinfection d'un hôpital (archive)

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/03/2014

Les deux patients décédés d'une fièvre hémorragique à Conakry n'étaient pas porteurs du virus Ebola, selon les autorités guinéennes. Samedi, l’Unicef indiquait que l’épidémie, qui a fait 59 morts dans le sud de la Guinée, avait touché la capitale.

Les trois cas de fièvre hémorragique ayant provoqué la mort de deux personnes à Conakry, la capitale de la Guinée, ne sont pas dus au virus Ebola, a déclaré à l'AFP, lundi 24 mars, le docteur Sakoba Kéita, du ministère guinéen de la Santé.

"Pour l'instant, il n'y a pas de fièvre Ebola à Conakry, mais une fièvre hémorragique dont la nature reste à déterminer", a déclaré le docteur après avoir reçu les premiers résultats d'analyses effectuées à l'Institut Pasteur de Dakar dans la nuit de dimanche à lundi.

Dans un communiqué paru samedi, l’Unicef indiquait que l’épidémie de fièvre qui a déjà fait 59 morts dans le sud du pays, s’était propagée jusqu’à la capitale. "Sur les 80 personnes ayant contracté la maladie à ce jour en Guinée, notamment à Macenta, Guéckédou, et Kissidougou en région forestière et tout dernièrement à Conakry, au moins 59 sont mortes", affirmait le document, qui faisait état de trois enfants décédés pour l'instant. Le précédent bilan officiel faisait état de 34 morts.

Les autorités débordées

Des examens faits à Lyon, en France, ont permis d'établir que l’épidémie sévissant dans le sud de la Guinée était bien la fièvre Ebola. "Dans la journée de [vendredi], nous avons eu les premiers résultats venus de Lyon qui nous ont annoncé la présence du virus de la fièvre Ebola comme étant à l'origine de cette flambée de fièvre en Guinée forestière [sud] principalement", avait rapporté, samedi, Sakoba Kéita.

Le virus Ebola se manifeste par une poussée de fièvre, des diarrhées, des vomissements, une fatigue prononcée et parfois un saignement. Il figure parmi les plus mortels chez l'homme, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Il n'existe aucun traitement ni vaccin.

"Nous sommes débordés sur le terrain, nous luttons contre cette épidémie avec les moyens du bord, avec le concours des partenaires (OMS, MSF, UNICEF, etc.), mais sachez que c'est difficile, mais nous y parviendrons", a expliqué le Dr Kéita.

Avec AFP

Première publication : 24/03/2014

COMMENTAIRE(S)