Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Remaniement ministériel : gouvernement de combat ou équipe de campagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie : accord fragile, situation humanitaire précaire

En savoir plus

TECH 24

Épiderme 3D, actrice bionique : la tech à fleur de peau

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris est-elle vraiment une fête ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Chute des bourses : le spectre de 2008 plane sur les marchés

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Nabil Ayouch

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Primaires américaines : que proposent les candidats ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Vidéo : le fantôme de Franco hante toujours l’Espagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ludovic Tézier dans "Il Trovatore" de Verdi à l'Opéra Bastille

En savoir plus

FRANCE

Revue de presse : un scrutin qui sonne "le glas du bipartisme"

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/03/2014

Le 1er tour des élections municipales a porté, dimanche, le Front national en position de force dans plusieurs villes de France. Une poussée soulignée par les éditorialistes, qui évoquent la fin du bipartisme. Revue de presse.

Elle est sur toutes les lèvres. Au lendemain du premier tour des élections municipales, la spectaculaire poussée du Front national est soulignée par les éditorialistes. Selon nombre d'entre eux, le parti d'extrême droite s'affirme désormais comme "la troisième force politique" en France, sonnant "le glas du bipartisme".

Tous notent également le taux record d'abstention, même s'il était "prévisible", et voient dans les résultats de dimanche une "sanction" envers le gouvernement.

Sanction "sévère"

"Le désaveu", titre en Une "Le Figaro", "un scrutin de défiances" écrit "L'Humanité", "la gauche sanctionnée" et "percée du Front national", écrit de son côté "La Croix".

"Les électeurs ont indiscutablement sanctionné la gauche au pouvoir et son bilan", assure François Ernenwein, dans "La Croix".

"Une sanction nette à l'égard de la politique gouvernementale", abonde Patrick Apel-Muller, pour "L'Humanité". Alexis Brézet, dans "Le Figaro", note un "vote Front national puissant" et selon lui, "la forte poussée du FN" est "un désaveu clair pour la majorité".

Pour Éric Decouty de "Libération", "elle avait beau être prévisible, la sanction est sévère". "Il est rare de le faire dans de telles proportions", relève Michel Urvoy, dans "Ouest-France".

L'émergence d'une "troisième force politique"

Une fois ce constat fait, les éditorialistes s'attardent longuement sur la conséquence du vote des Français. Il permet au Front national de réaliser "des scores supérieurs aux anticipations" et de s'affirmer "comme la troisième force politique", commente Michel Urvoy (Ouest France).

"Le bipartisme est mort, place au tripartisme PS, UMP, Front national", écrit également Françoise Fressoz dans "Le Monde", reprenant les mots mêmes de Marine Le Pen, qui évoquait dimanche soir sur les pateaux de télévision "la fin du bipartisme".

Même son de cloche, pour Bruno Dive dans "Sud Ouest", pour qui le Front national "bouleverse la scène". "C'est bien le glas du bipartisme qui a résonné hier, avec la confrontation de trois blocs : la gauche, la droite et le FN", ajoute-t-il.

Vote contestataire ou de conviction, là demeure toute la question. Philippe Marcacci, pour "L'Est républicain", y voit toutefois ce qui "ressemble de plus en plus à un véritable enracinement".

Et Éric Decouty de tirer une conclusion : "ces résultats sont aussi la défaite de la politique. A l'UMP comme au PS, le moment est peut-être venu de redonner un peu de crédit au débat politique".

Avec AFP

Première publication : 24/03/2014

  • LIVEBLOGGING

    En direct : abstention record, le Parti socialiste à la peine

    En savoir plus

  • ÉLECTIONS

    Premier tour des municipales en France : 23,16 % de participation à midi

    En savoir plus

  • ÉLECTIONS

    Municipales en France : les sept choses à observer lors du premier tour

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)