Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Opep : le bras de fer entre l'Arabie saoudite et l'Iran continue

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Shimon Peres, ou la bataille "domquichottesque" pour la paix"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nicolas Sarkozy, ses amis, ses affaires, ses emmerdes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la Toile

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Débat Juncker - Schulz : "Quel avenir pour l'Europe ?"

En savoir plus

LE DÉBAT

Débat Clinton - Trump : qui a gagné le premier round ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les attentats ne suffisent pas à expliquer les chiffres du chômage"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les propos de Patrick Buisson ne me touchent pas"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le mouvement "Buy Black" prend de l’ampleur

En savoir plus

EUROPE

La justice turque ordonne de rendre Twitter de nouveau accessible

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/03/2014

Un tribunal d'Ankara a ordonné la levée du blocage de Twitter, décrété il y a moins d'une semaine par le gouvernement turc. Dénoncée par la communauté internationale, cette interdiction avait provoqué des dissensions au sein du pouvoir.

Un tribunal administratif d'Ankara a ordonné, mercredi 26 mars, la levée de la décision très controversée du gouvernement turc de bloquer l'accès au réseau Twitter dans le pays, rapportent les médias locaux.

L'Office de régulation des télécommunications (TIB) avait bloqué, jeudi 20 mars, le réseau de microblogging, accusé par le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, de propager les accusations de corruption, qui visent son régime à l'approche des élections municipales du 30 mars.

Un montage contestataire diffusé sur Twitter.

Depuis plusieurs semaines, le chef du gouvernement turc est personnellement mis en cause par des enregistrements de conversations téléphoniques piratées et diffusées sur les réseaux sociaux. Ces écoutes, que Erdogan avait d'abord dénoncées comme des "montages" avant d'en reconnaître certaines, avaient provoqué la colère de l'opposition et la tenue de plusieurs manifestations dans les grandes villes du pays pour exiger sa démission.

Divisions au sein du pouvoir

La décision de bloquer Twitter a permis de mettre au jour les divisions qui règnent au sein du pouvoir en place à Ankara. Comme un affront au Premier ministre, le président turc, Abdullah Gül, avait dénoncé cette mesure sur son compte Twitter : "On ne peut pas approuver le blocage total des réseaux sociaux [...] J'espère que cette situation ne durera pas longtemps", avait-il alors déclaré.

La commissaire européenne en charge des Nouvelles technologies, Neelie Kroes, avait, elle aussi, vivement dénoncé l'annonce du blocage de Twitter. "L'interdiction de Twitter en Turquie est sans fondement, inutile et lâche", a-t-elle affirmé. "Le peuple turc et la communauté internationale verront cela comme une censure. Ce qui est bien le cas", a-t-elle indiqué, en choisissant de réagir précisément sur son compte Twitter.

Vendredi, les responsables de clientèle de Twitter avaient indiqué sur leur site comment contourner le blocage, via le service texte du réseau de téléphone mobile. Depuis le blocage, le nombre de tweets a ainsi augmenté de 138 % en Turquie, selon l'agence médias sociaux We are Social, citée par le quotidien britannique "The Guardian".

Avec AFP

Première publication : 26/03/2014

  • TURQUIE

    Turquie : la mort d'un adolescent ravive la colère des manifestants

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Mort de l'adolescent turc blessé lors des manifestations antigouvernementales

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Erdogan menace d'interdire Facebook et YouTube

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)