Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

Economie

L'éditeur de Candy Crush se valorise à 7 milliards de dollars

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/03/2014

L’éditeur du populaire jeu vidéo "casual" Candy Crush va introduire 22,2 millions d’actions sur le New York Stock Exchange, au prix unitaire de 22,50 dollars. Une opération qui valorise l’entreprise britannique à plus de 7 milliards de dollars.

L’éditeur britannique du populaire jeu vidéo Candy Crush, King Digital Entertainment, a finalement décidé de se valoriser à 7,1 milliards de dollars (5,1 milliards d'euros) pour son entrée à Wall Street, prévue mercredi 26 mars. Cette opération, très attendue, a été jugée risquée par beaucoup d'analystes.

King Digital Entertainment va introduire 22,2 millions d'actions sur le New York Stock Exchange, au prix unitaire de 22,50 dollars (16,2 euros), selon les modalités définitives annoncées mardi soir.

Le prix retenu, pile au milieu de la fourchette initialement annoncée de 21 à 24 dollars, lui permettra de lever 500 millions de dollars, et même jusqu'à 574 millions en cas d'exercice ultérieur d'une option de surallocation.

Le cabinet d'études PrivCo prédisait dans une note lundi "une forte demande [...] basée sur la reconnaissance suscitée par Candy Crush", le titre phare de l'éditeur, dans lequel des millions d'accros dans le monde tentent de rassembler et de faire exploser des bonbons multicolores sur leurs smartphones.

Pourtant, PrivCo "recommande aux investisseurs d'éviter l'introduction en Bourse de King" : le cabinet met en garde contre la trop forte dépendance de King à Candy Crush, qui représentait 97 de ses 144 millions de joueurs quotidiens en février. Les deux titres suivants, Farm Heroes et Pet Rescue, ne revendiquent respectivement que 20 et 15 millions d'utilisateurs.

Une valorisation trop ambitieuse ?

Plusieurs analystes avaient déjà jugé King ambitieux lors de la publication, il y a deux semaines, des premiers détails sur l'opération, avec une valorisation envisagée entre 6,6 et 7,6 milliards de dollars.

King estime qu'il vaut davantage que Zynga, le pionnier américain des jeux sur Facebook avec des titres comme FarmVille, évalué à un peu plus de 4 milliards de dollars mardi soir à la clôture. Mais un peu moins qu'un acteur établi des jeux vidéo comme Electronic Arts, créateur notamment de SimCity, qui émarge à environ 9 milliards. Electronic Arts est réputé pour des jeux plus sophistiqués, utilisés sur consoles ou PC par des utilisateurs souvent aguerris.

King personnifie au contraire, comme Zynga, des jeux simples d'accès destinés à un large public. Nés dans les années 1980 avec des titres devenus culte comme Pac-Man ou Tetris, ces jeux "casual" connaissent un nouvel élan grâce au succès des smartphones et des réseaux sociaux.

Le boom du "casual gaming" a permis à l’éditeur britannique, créé en 2002, de voir sa croissance exploser ces deux dernières années. En 2013, il avait ainsi revendiqué un chiffre d’affaires à 1,88 milliard de dollars, contre 164 millions en 2012.

Avec AFP

 

Première publication : 26/03/2014

  • JEUX VIDÉO

    La fille d'un mafieux réclame 40 millions de dollars aux créateurs de GTA V

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    Candy Crush veut jouer en Bourse

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    Le créateur du jeu "Flappy Bird" tue son oiseau aux œufs d’or

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)