Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Economie

Deux Russes et un Américain coincés dans un vaisseau spatial

© AFP/Archives | La station spatiale internationale

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/03/2014

Alors que leurs pays ont des relations diplomatiques tendues, deux Russes et un Américain cohabitent dans un vaisseau spatial Soyouz, lancé mardi, dont l'arrimage à l'ISS a été retardé par un problème technique.

Lancé dans la nuit du mardi 25 mars, un vaisseau spatial Soyouz, avec trois hommes à bord, a raté son arrimage à la Station spatiale internationale (ISS) en raison d'un problème technique. Une nouvelle approche est reprogrammée pour la nuit de jeudi à vendredi, selon l'agence spatiale russe Roskosmos. À l'intérieur de ce vaisseau se trouvent deux Russes et un Américain : les cosmonautes Aleksandr Svortsov, Oleg Artemiev et l'astronaute Steven Swanson.

"Cette décision est due à des complications apparues dans le fonctionnement du système d'orientation du vaisseau", a indiqué Roskosmos. "L'équipage est en bonne santé, les paramètres du milieu de vie (dans le vaisseau) sont normaux. L'équipage a retiré les scaphandres et continue le vol en régime normal".

Bien que la Russie et les États-Unis aient des relations compliquées depuis le début de la crise en Ukraine, ils sont condamnés à s'entendre dans le cadre des missions dans l'espace. Leur deux agences spatiales ont en effet tissé des liens très forts d'interdépendance et une grande majorité des équipages des vaisseaux Soyouz sont composés de membres russes et américains. L'agence spatiale russe est par ailleurs la seule capable de rejoindre l'ISS et facture à la Nasa plus de 70 millions de dollars par astronaute acheminé.

Un problème mathématique ?

Elle a toutefois connu de nombreuses défaillances au cours des dernières années. En septembre 2013, trois spationautes étaient rentrés sur terre "à l'aveuglette", les instruments dans la capsule ayant cessé de fonctionner. En avril 2013 également, l'antenne du système d'approche automatique d'un vaisseau cargo russe avait fait craindre des problèmes à son arrimage à l'ISS, finalement survenu sans incidents majeurs.

Concernant le problème d'arrimage actuel, la Nasa indique qu'il pourrait être provoqué par le fait "que le vaisseau n'était pas dans la bonne position ou orientation".

"La cause n'est pas encore claire : c'est soit mathématique, soit un problème de capteur, mais a priori c'est une question de mathématiques", a pour sa part déclaré à l'agence russe Interfax Vitali Lopota, le directeur général de RKK Energia, qui conçoit et produit les vaisseau Soyouz.

Avec AFP

Première publication : 26/03/2014

  • ESPACE

    Thomas Pesquet : un Français en partance pour l’espace

    En savoir plus

  • ESPACE

    L'astronaute Chris Hadfield tourne le premier clip de l’espace

    En savoir plus

  • AÉROSPATIAL

    La Chine lance son premier module de station spatiale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)