Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"J'y pense et puis j'oublie "

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Reprise des manifestations en Guinée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditérrannée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Reconnaissance du génocide des Arméniens : quel rôle joue la France ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Centenaire du génocide des Arméniens entre commémoration et provocations turques

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival de Cannes : 17 films en sélection officielle

En savoir plus

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Émilie Gassin présente son premier album "Curiosity"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Royaume-Uni : des élections décisives pour l'Europe

En savoir plus

FRANCE

Affaire Gayet/Hollande : "Closer" condamné pour la publication de photos

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/03/2014

Le magazine people "Closer" a été condamné jeudi à payer une amende de 15 000 euros de dommages et intérêts à l’actrice Julie Gayet pour avoir divulgué des photos sur sa prétendue liaison avec le chef de l’État français.

La justice a estimé qu'il y a eu "atteinte à la vie privée". Le magazine people "Closer" a été condamné, jeudi 27 mars, à payer 15 000 euros de dommages et intérêts à l'actrice française Julie Gayet pour avoir publié en janvier une série de photos révélant une prétendue liaison avec François Hollande.

Le tribunal de grande instance de Nanterre a également condamné l'hebdomadaire à publier la condamnation en couverture, selon la décision obtenue par l'AFP. L'actrice et productrice de cinéma réclamait 50 000 euros de dommages et intérêts.

"Closer" avait déclenché un séisme politico-médiatique en publiant le 10 janvier des images volées du chef de l'État et de Julie Gayet, photographiés séparément devant un immeuble parisien, rue du Cirque, à une centaine de mètres de l'Élysée.

"Une véritable traque" a été organisée à l'encontre de la comédienne, a plaidé Me Ennochi, le 6 mars, lors de l'audience devant la première chambre du tribunal.

"Closer" avait riposté en invoquant le droit à l'information. Selon l'avocate du journal, Delphine Pando, l'article qui accompagnait les photos posait clairement la question de "la sécurité du président",et celle du "devoir de transparence" vis-à-vis des Français, a-t-elle estimé.

Le numéro de "Closer", qui avait révélé l'idylle entre l'actrice et le président, s'était arraché: 610 000 exemplaires vendus, soit près du double de la diffusion habituelle de l'hebdomadaire, autour de 330 000 exemplaires.

Avec AFP

Première publication : 27/03/2014

  • "AFFAIRE CLOSER"

    Ouverture du très médiatique procès de Julie Gayet contre "Closer"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire "Closer" : Bernadette Chirac solidaire de Valérie Trierweiler

    En savoir plus

  • FRANCE

    Julie Gayet assigne "Closer" pour atteinte à la vie privée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)