Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

Afrique

Guinée : quatre cas de virus Ebola confirmés à Conakry

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/03/2014

Quatre cas de contamination par le virus Ebola ont été confirmés à Conakry, la capitale guinéenne, a annoncé jeudi le ministre de la Santé. Jusqu'à présent, la maladie était circonscrite aux zones rurales du pays.

Quatre cas de virus Ebola à Conakry ont été confirmés jeudi 27 mars, a annoncé le ministre de la Santé Rémy Lamah. Ces malades sont les premiers cas recensés dans la capitale de la Guinée. Jusqu'alors, la maladie était restée circonscrite dans le sud du pays, dans des zones rurales.

Les malades ont immédiatement été placés dans des centres d'isolement pour éviter la propagation du virus extrêmement contagieux et le plus souvent mortel. Selon le ministre, la maladie, dont les symptômes se traduisent par une fièvre hémorragique, aurait été transmise par un homme âgé qui se serait rendu à Dinguiraye, dans le centre du pays, loin des zones du sud-est où les premiers cas ont été identifiés.

Les derniers chiffres du ministère guinéen de la Santé, publiés avant la révélation de la présence du virus Ebola à Conakry, indiquaient que sur 88 cas de fièvre hémorragique virale détectés dans le sud de la Guinée, 63 personnes étaient mortes depuis le mois de janvier, soit un taux de létalité de 71,5%.

La ville de Guéckédou est la plus affectée avec 45 décès sur 61 cas, suivie des villes de Macenta (12 décès sur 19 cas) Kissidougou (5 décès sur 7 cas), et Kankan avec un seul cas mortel.

Les tests effectués sur des échantillons analysés dans des instituts spécialisés d'Europe et à Dakar ont établi qu'au moins onze des cas de fièvre hémorragique avaient été provoqués par le virus Ebola. Aucune indication n'a à ce jour été fournie sur l'origine des autres cas de fièvre.

Avec AFP
 

Première publication : 27/03/2014

  • VIRUS

    Virus Ebola : l'épidémie se propage au Liberia, des cas suspects au Sierra Leone

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Guinée : ce qu’il faut savoir sur le virus Ebola

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Guinée : les cas de fièvre détectés à Conakry ne sont pas dus à Ebola

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)