Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

Mastercard et Visa dans le viseur de Poutine

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 27/03/2014

Les deux géants américains des cartes de paiement sont dans le collimateur de Vladimir Poutine. Le président russe a annoncé, jeudi, qu’il voulait un système de paiement concurrent. Plus facile à dire qu’à faire ?

Vladimir Poutine s’est trouvé une nouvelle cible : les géants américains des cartes de paiement Visa et Mastercard. Le président russe a déclaré, jeudi 27 mars, que la Russie allait créer son propre système de paiement électronique. Ce service deviendra une alternative à l’offre des multinationales américaines qui contrôlent, pour l’instant, 85% des transactions par cartes de crédit et de débit effectuées en Russie.

“Nous devons défendre nos intérêts et nous le ferons”, a martelé le chef de l’exécutif russe devant le Conseil de la Fédération (chambre haute de la Douma). Visa et Mastercard ont appliqué les sanctions occidentales contre la Russie en cessant de fournir leurs services aux clients de sept banques russes en fin de semaine dernière. Plusieurs de ces établissements appartiennent en effet à des oligarques cités dans la liste américaine de personnalités russes visées par les sanctions occidentales. Le service a progressivement repris depuis le 23 mars. Seule la banque Rossia, propriété de Iouri Kovaltchouk, ami intime de Vladimir Poutine, reste au ban des systèmes de paiement made in Visa & Mastercard.

Le retour à la normale n’a pas calmé la fureur de Vladimir Poutine. L’épisode de vendredi dernier ne serait, en fait, que “le goutte d’eau qui a fait déborder le vase”, affirme la radio russe Voice of Russia. Moscou juge, depuis quelques années déjà, que ces deux géants américains sont bien “capricieux”.

Cette sévérité des autorités russes remonte à la crise financière de 1998. Visa et Mastercard avaient, alors, bloqué leurs services pendant plusieurs mois pour les clients des banques russes. À cette époque, l’État russe était en quasi-faillite et plusieurs banques avaient dû mettre la clef sous la porte : les deux géants américains avaient donc eu peur de perdre quelques plumes dans l’affaire. Pour le Kremlin et une partie des Russes, la décision des deux groupes n’avait fait qu’empirer les choses et ce comportement leur est resté à travers de la gorge.

Solution russe ou chinoise ?

La vengeance est donc un plat que Vladimir Poutine mange froid. Reste à savoir avec qui il va le partager. "Nous devons créer un système qui assure sans accroc les paiements internes", a déclaré la présidente de la Banque centrale russe Elvira Nabioullina, citée par l'agence Ria Novosti, indiquant qu'environ 95% des paiements par carte en Russie se faisaient via des systèmes étrangers.

Plusieurs candidats sont en lice pour venir faire de l’ombre à Visa et Mastercard en Russie. En 2010, la banque russe Sberbank a mis en place un système de paiement concurrent à celui des Américains. Baptisé PRO100, il n’a jusqu’à présent pas séduit beaucoup de clients. Mais la crise ukrainienne pourrait inciter Vladimir Poutine à donner un coup de pouce à cette solution 100% russe.

Il pourrait également faire une fleur à la principale puissance économique concurrente des États-Unis : la Chine. Pékin utilise depuis 12 ans un système de paiement national appelé UniPay. Le régime a tout fait pour que les banques du pays passent par les cartes de paiement UniPay au grand dam des États-Unis qui ont même déposé plainte devant l’OMC en 2010 contre les pratiques anti-concurrentielles et obtenu gain de cause.

Vladimir Poutine a ouvertement cité la Chine comme modèle à suivre. Il ne veut pas pour autant bouter les Visa et Mastercard hors de Russie. Mais, Moscou pourrait essayer de mettre en place une cohabitation faussée : “Un nouveau système de paiement nécessiterait un régime préférentiel pour devenir rapidement aussi populaire que Visa et Mastercard, tandis que des obligations administratives supplémentaires seront probablement imposées aux groupes américains”, explique au site “East-west Digital News” Victor Dostov, président de l’Association de la monnaie électronique.

Première publication : 27/03/2014

  • UKRAINE

    Vladimir Poutine reconnaît l'indépendance de la Crimée

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Comment le Kremlin utilise la crise en Ukraine pour contrôler les médias

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)