Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

Amériques

L'ONU dénonce le rattachement de la Crimée à la Russie

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/03/2014

L'Assemblée générale de l'ONU a adopté, jeudi, une résolution non contraignante qui dénonce le rattachement de la Crimée à la Russie. Cinquante huit pays se sont toutefois abstenus et une vingtaine n'ont pas pris part au vote.

L'Assemblée générale de l'ONU a, diplomatiquement, haussé le ton contre Moscou.  Une résolution non contraignante, dénonçant le référendum en Crimée et le rattachement de cette péninsule à la Russie, a ainsi été adoptée jeudi 27 mars.

Mais la portée de cette résolution est à relativiser au vu du nombre de votes. Sur 193 votants, cinquante huit pays se sont abstenus et une vingtaine n'a même pas pris part au scrutin.

Cette résolution, proposée par l'Ukraine et co-parrainée par les Occidentaux, a pourtant été rédigée en des termes très modérés et ne critique pas explicitement Moscou. Le texte devait recueillir une majorité simple des suffrages exprimés pour être adopté.

Outre la Russie, le Belarus, la Corée du Nord, l'Arménie, Cuba, le Nicaragua, le Venezuela, la Bolivie, le Zimbabwe, le Soudan et la Syrie ont voté non. Parmi les abstentionnistes figurent la Chine, l'Argentine, le Brésil, l'Inde, le Pakistan, l'Égypte, le Sénégal, le Gabon ou encore l'Afrique du Sud.

Sans surprise, les États-Unis et leurs alliés européens, arabes et asiatiques, ont voté massivement pour.

Campagne d’intimidation des Russes

Avant le scrutin, le ministre ukrainien des Affaires étrangères Andrii Dechtchitsa avait appelé les États membres à voter massivement afin de dissuader la Russie de continuer son "agression", faisant implicitement référence à la menace d'une invasion de l'Ukraine par les troupes russes massées à ses frontières.

L'ambassadeur russe à l'ONU Vitali Tchourkine a défendu la légitimité de "la réunification entre la Crimée et la Fédération de Russie" tandis que l'ambassadrice américaine affirmait que "l'Ukraine mérite (leur) plein soutien".

La Russie a mené "une intense campagne de lobbying et d'intimidation", a expliqué un diplomate occidental. "Certains pays pensent qu'il s'agit d'un problème européen ou d'un affrontement Est-Ouest qui ne les concerne pas, ou ils ne veulent pas mécontenter la Russie".

La résolution "souligne que le référendum du 16 mars (en Crimée), n'ayant aucune validité, ne peut pas justifier un quelconque changement du statut" de la Crimée. Elle demande à tous les États et organisations internationales "de ne reconnaître aucun changement de (ce) statut".

Elle appelle également "tous les États à s'abstenir de toute action visant à remettre en cause de manière partielle ou totale l'unité nationale et l'intégrité territoriale de l'Ukraine, y compris toute tentative de modifier les frontières de l'Ukraine par la menace ou l'usage de la force ou par d'autres moyens illégaux".

Elle invite enfin "toutes les parties à chercher une issue pacifique" à cette crise par un "dialogue politique direct".
 

Avec AFP

Première publication : 27/03/2014

  • REPORTAGE - UKRAINE

    Kiev : les militants de la place Maïdan tiennent toujours les barricades

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Crimée : les forces russes prennent le contrôle du dernier navire ukrainien

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Le ministre ukrainien de la Défense démissionne après la perte de la Crimée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)