Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

Culture

Les Harlem Hellfighters, des soldats afro-américains au coeur de la Grande Guerre

© Broadway Books | La couverture de la bande dessinée "The Harlem Hellfighters"

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 28/03/2014

Dans une bande dessinée, l'auteur américain Max Brooks rend hommage au 369e régiment d'infanterie. Constitué d'Afro-Américains, il participa à la Guerre 14-18 aux côtés des Français, avant de tomber dans l'oubli.

"God Damn, let’s go !" (Nom de dieu, allons-y !). C’est avec cette devise, que les Harlem Hellfighters (les combattants de l’enfer d'Harlem) avaient l’habitude de sortir des tranchées pour se jeter dans la fureur des combats. Pendant plus de six mois, d’avril à novembre 1918, ces hommes du 369e régiment d’infanterie, majoritairement composé d’Afro-Américains, ont vaillamment participé à la Première Guerre mondiale. Egalement surnommés Men of Bronze (les hommes de bronze) ou Black Rattlers (les serpents à sonnette noirs), ils ont été décorés de la Croix de guerre française et 171 d’entre eux ont reçu des citations à titre individuel.

Près de cent ans après, leurs incroyables exploits sont pourtant méconnus dans leur pays. Pour réparer cet oubli, le populaire auteur de science fiction Max Brooks, ("World War Z", "Guide de survie en territoire zombie") leur consacre une bande dessinée, "The Harlem Hellfighters", à paraître en anglais le 1er avril. "La première fois que j’ai entendu parler de leur histoire, je devais avoir 11 ans. Un jeune homme qui travaillait pour mes parents (Max Brooks est le fils du célèbre réalisateur Mel Brooks et de l’actrice Anne Bancroft) m’a parlé des Harlem Hellfighters. J’ai été choqué par l’injustice qu’ils ont vécue, encore plus étant donné mon enfance privilégiée dans les quartiers ouest de Los Angeles. Cette histoire ne m’a jamais quitté", raconte Max Brooks à FRANCE 24.

Des soldats du 369e régiment d'infanterie ayant été décorés par la Croix de guerre en 1919
De gauche à droite, au premier rang: Ed Williams, Herbert Taylor, Leon Fraitor, Ralph Hawkins. Au second rang: Sgt. H. D. Prinas, Sgt. Dan Strorms, Joe Williams, Alfred Hanley, and Cpl. T. W. Taylor. © US National Archives

"Ils aspiraient à plus de démocratie"

Dans sa bande dessinée, dont les dessins ont été réalisés par Caanan White, l’écrivain américain retrace le parcours de ces soldats afro-américains, originaires pour beaucoup de New York, depuis leur enrôlement dans l’armée américaine. Alors victimes de la ségrégation, ces jeunes hommes ont pourtant choisi en avril 1917, lors de l’entrée en guerre des États-Unis, de rejoindre l’armée de leur pays. Selon Max Brooks, ils avaient soif de reconnaissance : "Je pense que ces soldats comprenaient vraiment les idéaux de l’Amérique, bien plus que les Blancs. Ces idéaux avaient été créé pour protéger les plus faibles et pour permettre à tous de progresser. Aucun groupe n’en avait plus besoin que les anciens esclaves. Alors quand les États-Unis ont décidé de se battre pour sauvegarder la démocratie dans le monde, ce sont ces Afro-Américains qui se sont sentis les plus concernés".

Ainsi, durant la Grande Guerre environ 380 000 Noirs américains ont fait leur entrée dans l'US Army (200 000 seulement sont partis pour l’Europe). Mais leur intégration n’a pas été des plus faciles. Moins bien équipés et cantonnés à des régiments "de couleur", leur préparation a été chaotique. Déployé en Caroline du Sud dans un camp d’entraînement, le 369e régiment d’infanterie a été victime de réactions très hostiles de la part de la population et d’actes de racisme. En janvier 1918, lors de son arrivée sur le sol français, cette unité américaine a continué à souffrir de la ségrégation en étant relégué à des travaux de manutentions ou de ravitaillement. À l’époque, le commandant en chef des forces américaines le General John Pershing ne montrait aucune estime pour ces soldats. Comme le suggère une note secrète adressé aux militaires français, selon lui, les hommes noirs manquent "de conscience civique et professionnel" et sont "une menace constante pour les Américains".

Les Harlem Hellfighters dans les tranchées avec le casque Adrian des Français
© National Archives and Records Administration

Sous le drapeau français

Mais du côté du camp français, ces craintes n’ont pas été prises au sérieux. Manquant cruellement de troupes fraîches, l’armée du Maréchal Foch a exigé la réquisition de ces militaires venus d’Amérique. Affublés du célèbre casque Adrian des Poilus, les soldats de Harlem ont alors rejoint la 161e division d'infanterie et combattu sous le drapeau bleu-blanc-rouge. "L’Armée française avait eu beaucoup de succès avec ses soldats noirs des colonies. Elle avait utilisé les Africains en première ligne et était très impressionné par leur courage", explique Max Brooks. "Les Français étaient aussi fatigués après tant d’années de guerre. Ils étaient près à prendre n’importe quel homme prêt à tenir un fusil. Ce désespoir a fini par effacer le racisme et pour la première fois les Afro-Américains se sont sentis plus chez eux sur cette terre étrangère que dans leur propre pays".

Enfin considérés d’égal à égal, ils se sont rapidement distingués dans l’enfer des tranchées. Le plus célèbre d’entre eux, Henry Lincoln Johnson, entra dans la légende en mai 1918 en se battant au couteau face à une vingtaine d’Allemands. Il fut le premier Américain à obtenir la Croix de guerre française. Lors de la seconde bataille de la Marne, le régiment a également battu le record de participation des unités américaines avec 191 jours consécutifs passés sur le front. Ces nombreuses actions héroïques valurent à tout le régiment d’être surnommé les Harlem Hellfighters. Ces soldats se rendirent aussi populaire grâce à leur musique, le jazz, qu’ils firent connaître sur le vieux continent. Le lieutenant James Reese Europe, déjà très célèbre à New York, multiplia avec son orchestre les concerts sur les routes de France.

Le célèbre jazzman James Reese Europe, membre du 369e régiment d'infanterie
© http://www.amistadresource.org

Malgré ces actes de bravoure, le 369e régiment d’infanterie, n’a pas eu le droit à tous les honneurs lors de son retour aux États-Unis. Alors que 1 500 de ses soldats avaient perdu la vie au champ d'honneur (sur un total d'environ 4 500 hommes), il n’a pas été invité en 1919 à la grande fête de la victoire à New York, et dû se contenter de sa propre parade dans les rues de Harlem. Peu à peu, les vaillants "serpents à sonnette" se sont perdus dans les pages de l’histoire des États-Unis. Pour Max Brooks, cet oubli s’explique en partie par un manque d’intérêt pour la guerre 14-18 dans son pays : "La Première Guerre mondiale est largement éclipsée par la Seconde. La plupart des Américains ne connaissent rien sur ce conflit".

En choisissant d’aborder ce sujet à travers une bande dessinée, dont les droits ont déjà été rachetés par Will Smith pour en faire un film, l’auteur de bestsellers espère intéresser les plus jeunes. Avec de nombreux détails et sans concession, le livre "The Harlem Hellfighters" montre crument la réalité des combats. "La Première Guerre mondiale était une guerre de tranchées. Ces jeunes hommes rampaient dans la boue, le sang et parmi les os de leurs amis, jour après jour. (…) C’est une guerre diabolique et on ne peut pas la rendre présentable. Toutes les horreurs doivent être montrées", insiste-t-il. Une guerre sanglante et terrifiante qui n’est pas sans rappeler ses précédents romans sur les zombies : "Je pense que mes histoires parlent avant tout d’être humains qui font face à d’incroyables obstacles. Je pense aussi que les zombies ou d’autres monstres ne peuvent rien nous faire de plus que ce que nous nous sommes déjà infligés".

La parade du 369e régiment d'infanterie dans les rues de New York à son retour aux Etats-Unis
© War Department

Première publication : 27/03/2014

  • GRANDE GUERRE

    "Il faut sauver le soldat Ryan", version 14-18

    En savoir plus

  • CENTENAIRE

    Grande Guerre : Flora Sandes, femme soldat sur le front

    En savoir plus

  • GUERRE MONDIALE

    Grande Guerre : deux soldats cachés quatre ans dans un grenier

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)