Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

Afrique

Reportage : avec la "grève du pain", les boulangers marocains défient le pouvoir

© AFP

Vidéo par Jean-Marie LEMAIRE , Sara DOUBLIER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/03/2014

Les boulangers marocains ont lancé, mercredi 26 mars, une grève de 48 heures pour protester contre le prix du pain. Fixé par le gouvernement à 10 centimes d'euros, ils dénoncent des ventes à perte.

C’est une grève que les autorités marocaines regardent avec attention. Les boulangers du royaume déclarent aujourd’hui ne plus rentrer dans leurs frais et vendre à perte. En cause : la hausse du coût des matières premières. Ils ont donc décidé, mercredi 26 mars, de se mettre en grève pendant 48 heures pour montrer leur mécontentement au régime.

Depuis 10 ans, le prix du pain, étroitement réglementé, n'a pas bougé. Il coûte 1,20 dirham soit 10 centimes d'euros. "Nous ne demandons pas la lune, juste une légère augmentation de l'unité du pain qui nous revient plus chère que son prix de vente", a déclaré Saïd Mougja, représentant de la Fédération nationale des boulangeries et pâtisseries (FNBPM), à l'origine du mouvement.

Pour l’heure, la grève serait suivie à plus de 80 %, selon la FNBPM. Un chiffre élevé mais compréhensible au regard des doléances des grévistes : ces derniers souffrent non seulement d’une hausse des prix mais aussi de la concurrence des boulangeries clandestines. Les ventes de pains, fabriqués à domicile, et commercialisés dans la rue, se vendent en effet moins cher que dans les boulangeries classiques.

C'est la première fois depuis des années que les boulangers décrètent une telle grève. Selon la FNBPM, plus de 100 millions d'unités sont consommées chaque jour dans ce pays de 35 millions d'habitants.

Dénonçant "la logique du chantage" du mouvement de grogne, le porte-parole du gouvernement minimisé les raisons et la portée de la grève. "Le marché n'a pas été affecté par ce mouvement puisque l'approvisionnement pour ce produit de première nécessité s'est fait de manière normale".

Dans les années 1980, à la suite d'une hausse du prix de produits de base, des "émeutes du pain" avaient éclaté dans plusieurs grandes villes, faisant de nombreuses victimes.

Le 6 avril, une manifestation nationale pour "défendre le pouvoir d'achat et la dignité des salariés" est prévue à Casablanca, à l'appel des trois des principaux syndicats du pays.

Avec AFP

Première publication : 27/03/2014

COMMENTAIRE(S)