Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

EUROPE

Kiev : les militants de la place Maïdan tiennent toujours les barricades

© FRANCE 24

Vidéo par Tatiana EL KHOURY , Elena CASAS , Ben BARNIER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/03/2014

Alors que le gouvernement ukrainien est en pleine crise suite à l'annexion de la Crimée, les militants de la place Maïdan n'ont pas bougé. Ils ne quitteront pas les lieux tant qu'ils ne seront pas rassurés sur les intentions des autorités.

Plus d'un mois après le départ forcé du président Viktor Ianoukovitch, les barricades érigées par ses opposant sont toujours là. Elles sont surveillées par des groupes d'auto-défense, et les visiteurs sont très nombreux.

"Nous vivons dans une époque pacifique. Ce qui s’est passé n’aurait jamais dû arriver. Nous devons nous en souvenir. Les générations futures doivent s’en souvenir pour que ce n’arrive plus jamais", affirme une habitante de Kiev en faisant référence aux 119 personnes qui ont perdu la vie sur la place Maïdan lors des manifestations contre le pouvoir ukrainien."Les gens qui sont morts ici sont des héros. Ce n’est pas donné à tout le monde d’aller dans les rues et de défendre le peuple", ajoute une autre femme.

Derrière les barricades, des militants construisent une chapelle pour permettre au public de se recueillir. Mykola Tokar a pour mission de protéger le secteur. Ce militant dort dans une tente à côté de l'église et n'a aucune intention de quitter Maïdan : "Nous restons ici parce que nous ne faisons pas confiance au pouvoir en place. Les responsables des meurtres de Maïdan n’ont pas été punis et, dans le fond, rien n’a vraiment changé".

"Rien n'a vraiment changé"

Un peu plus bas dans ce quartier du centre de Kiev, la vie s'organise. Les plus démunis font la queue tous les jours pour avaler une soupe chaude et un morceau de pain. "Maïdan, c'est une petite ville en soi, avec ses habitants et son atmosphère particulière. (…) Maïdan est devenue comme une deuxième maison pour moi", témoigne Victoria Jigadlo, une bénévole qui sert à manger à ceux qui en ont le plus besoin.

Les habitants de la capitale ukrainienne ne veulent pas oublier les victimes de la place Maïdan. Même si la place de l’Indépendance est nettoyée ou reconstruite, ils entendent continuer à rendre hommage aux morts de la contestation. Que cette place soit complètement nettoyé et reconstruite, ou qu'elle devienne un musée à ciel ouvert, les habitants de Kiev rencontrés ici ne veulent pas oublier les victimes de Maïdan.
 

Première publication : 27/03/2014

  • UKRAINE

    La diffusion d'une conversation téléphonique plonge Timochenko dans l'embarras

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Crimée : les forces russes prennent le contrôle du dernier navire ukrainien

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Le ministre ukrainien de la Défense démissionne après la perte de la Crimée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)