Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

EUROPE

L'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko candidate à la présidentielle

© AFP/Archives

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/03/2014

L'ancienne Premier ministre ukrainienne Ioulia Timochenko, emprisonnée sous le régime du président déchu Viktor Ianoukovitch, a annoncé qu'elle briguerait la magistrature suprême lors du scrutin présidentiel prévu le 25 mai.

Ioulia Timochenko, égérie de la révolution Orange pro-européenne et ex-Premier ministre, a annoncé, jeudi 27 mars, qu'elle se lançait dans la course à la présidence ukrainienne. Le scrutin est prévu le 25 mai prochain. "Je prévois d'être candidate au poste de président", a-t-elle déclaré au cours d'une conférence de presse à Kiev.

"Aucun des hommes politiques ukrainiens qui se préparent à être candidats à la présidence ne prend la mesure de l'anarchie et ne s'apprête à l'arrêter", a-t-elle ajouté. Elle a également invité ses concurrents à débattre avec elle, et déclaré avoir l'intention de "briser les grandes corporations claniques" des oligarques.

"Je dois être au pouvoir"

"Je saurai créer une armée moderne", a-t-elle affirmé, alors que le pays ne s'est pas encore remis de l'humiliation subie en Crimée, où les bases ukrainiennes sont tombées aux mains des Russes sans combat.

"J'ai des renseignements utiles pour arrêter cette agression. Mais pour réaliser mes plans, je dois être au pouvoir", a-t-elle répété, avant d'ajouter : "Vladimir Poutine est l'ennemi numéro un de l'Ukraine !"

La candidate a toutefois été critiquée pour la virulence de ses propos. Dans une conversation téléphonique récente, diffusée sur internet, Ioulia Timochenko avait affirmé qu'il "fallait fusiller" les Russes "avec des armes nucléaires". Si elle a reconnu que la voix était bien la sienne, elle a en outre dénoncé un montage de l'enregistrement.

Petro Porochenko, favori de l'élection

Ioulia Timochenko, 53 ans, avait été battue au second tour de l'élection présidentielle de 2010 par Viktor Ianoukovitch. Arrêtée l'année suivante alors qu'elle avait pris la tête de l'opposition, elle avait été condamnée à sept ans de prison pour abus de pouvoir lors de la signature d'accords gaziers avec la Russie en 2009. Elle a été libérée le 22 février 2014 après le mouvement de contestation qui a entraîné la chute de Viktor Ianoukovitch.

Selon un sondage récent, c'est le milliardaire et homme politique Petro Porochenko qui a le plus de chances de l'emporter le 25 mai. Le scrutin se déroulera dans le sillage d'une crise économique et politique majeure qui a conduit l'Ukraine au bord de la faillite. Le pays a également perdu la Crimée, péninsule désormais rattachée à la Russie.

Avec AFP
et Reuters
 

Première publication : 27/03/2014

  • UKRAINE

    Le FMI prêt à débloquer jusqu'à 18 milliards de dollars pour aider Kiev

    En savoir plus

  • UKRAINE

    La diffusion d'une conversation téléphonique plonge Timochenko dans l'embarras

    En savoir plus

  • REPORTAGE - UKRAINE

    Kiev : les militants de la place Maïdan tiennent toujours les barricades

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)