Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

FRANCE

Le vote blanc, "arme de destitution massive" ?

© parti-du-vote-blanc.fr

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 27/03/2014

Une loi reconnaissant le vote blanc – sans l’intégrer aux suffrages exprimés - sera promulguée le 1er avril. Mais l’association des Citoyens du vote blanc dénonce "une farce" qui vise à éviter de décrédibiliser la classe politique. Explications.

Il est scruté à la loupe, décortiqué, analysé. À chaque scrutin, le taux d’abstention pèse fortement dans le débat politique. D’autant plus lorsqu’il bat des records historiques comme ce fut le cas, le 23 mars dernier, pour le premier tour des élections municipales françaises (36,45 % d'abstention). À l’inverse, les votes blancs ou nuls passent totalement inaperçus. Pourtant, dans bien des communes françaises, ils auraient sérieusement pu jouer les trouble-fêtes.

À Mayenne, une ville de 13 200 habitants située dans les Pays de la Loire, 34,66 % des votants - soit plus d’un électeur sur trois - a fait le choix de se déplacer aux urnes pour voter blanc ou nul. Un chiffre record qui n’a pas semblé perturber le seul candidat en lice, Michel Angot, réélu de fait avec 100 % des voix, le vote blanc ne comptant pas. Et ce triste constat n’est pas seulement l’apanage des villes où les candidats font défaut. À Montereau-Fault-Yonne, petite ville seine-et-marnaise de 16 600 habitants, malgré les trois candidats en lice, 10,25 % des électeurs ont choisi le vote blanc. C’est plus que la liste d’extrême gauche qui a recueilli 4 % des suffrages et pas si loin des 19 % du candidat socialiste. Finalement, l’UDI Yves Jego a été reconduit dès le premier tour avec près de 77 % des voix.

Contacté par FRANCE 24, le ministère de l’Intérieur indique qu’il ne dispose pas de données nationales sur le vote blanc. Les chiffres sont disponibles uniquement commune par commune, ce qui empêche de dégager une tendance générale. Votée en février dernier, la loi sur la reconnaissance du vote blanc a vocation - en apparence - à changer la donne en la matière. Le texte, qui doit être promulgué le 1er avril, prévoit que les bulletins blanc soient enfin comptabilisés séparément des bulletins nuls, c’est à dire raturés ou déchirés. Une avancée significative qui permettra d’obtenir des chiffres plus précis, dès les élections européennes de mai. Reste que les votes blancs resteront une donnée à part, en d’autres termes, ils ne seront toujours pas comptés avec les autres suffrages exprimés.

"Le vote blanc est un siège éjectable"

Stéphane Guyot, président des Citoyens du vote blanc. © parti-du-vote-blanc.fr

"C’est une farce", résume Stéphane Guyot, fondateur de l’association des Citoyens du vote blanc. “Il a fallu 20 ans de débats et 27 textes de loi pour que les parlementaires réalisent enfin que ne pas être d’accord ce n’est pas une erreur : un vote blanc n’est pas un vote nul”, explique-t-il à FRANCE 24. Depuis plusieurs années, cet agent immobilier âgé de 42 ans, milite pour que le blanc soit décompté du suffrage au même titre que les scores des candidats. Mais selon lui, la classe politique a bien trop à perdre pour accepter d’accéder à sa demande, même si 69 % des Français se disent en faveur d’une reconnaissance du vote blanc.

“Les parlementaires le disent eux-mêmes, reconnaître le vote blanc fait courir le risque d’un affaiblissement de leur légitimité”, assure Stéphane Guyot. “Le vote blanc, c’est un siège éjectable, une arme de destitution massive qui serait en mesure d’invalider un scrutin si son taux venait à dépasser les 50 %”, ajoute-t-il, regrettant que le système actuel nous oblige au vote sanction ou au vote par défaut. “Voter doit être un acte d'allégeance. Désormais on ne fait que ‘voter contre’”. Lors de la présidentielle de 2012, plus de deux millions de votes blancs et nuls confondus ont été dénombrés. S’ils avaient été pris en compte, François Hollande, qui a été élu avec 51,63 % des suffrages, n’aurait probablement pas obtenu la majorité au second tour, estime Stéphane Guyot. De quoi sérieusement heurter les principes démocratiques au pays des Droits de l’Homme.

Candidat aux élections européennes

Pour s’attaquer concrètement au problème, Stéphane Guyot a fondé le Parti du vote blanc (PVB). Dénué de tout programme politique et composé de candidats apolitiques, ce parti vise uniquement à incarner en chair et en os le vote blanc. “L’idée est de faire concourir des ‘candidats blancs’ qui représentent le vote blanc. C’est, en fait, un moyen détourné pour que les bulletins blancs soient comptabilisés parmi les suffrages exprimés.”

Avec ce concept, Stéphane Guyot a déjà réussi à obtenir 83 parrainages de maires (sur les 500 requis) lors de la présidentielle de 2012. Dans la foulée, la même année, le parti du vote blanc a présenté 27 candidats aux législatives. Il a décroché un honorable 2,5 % des voix quand la plupart des autres candidats ont plafonné entre 0,5 et 1 %.

Prochain objectif : les élections européennes. "Nous sommes partis du constat que 80 % des lois françaises sont des applications de directives européennes. Nous avons une vraie carte à jouer. C’est pourquoi nous comptons présenter au moins cinq listes à travers la France", confie Stéphane Guyot. En cas d’élection, l’eurodéputé ‘blanc’ s’engage à mettre son mandat à profit pour défendre un projet de loi de prise en compte réelle du vote blanc. Il prévoit également de constituer un groupe de travail portant sur l’ensemble "des garde-fous démocratiques à mettre en place" en plus du vote blanc, comme le non cumul des mandats. Et bien évidemment, le potentiel élu votera blanc à tous les suffrages concernant des sujets de société.

Première publication : 27/03/2014

  • MUNICIPALES

    Premier élu du Parti pirate : "C'est vrai que j’étais un ovni politique"

    En savoir plus

  • MUNICIPALES 2014

    Revue de presse : un scrutin qui sonne "le glas du bipartisme"

    En savoir plus

  • LIVEBLOGGING

    En direct : abstention record, le Parti socialiste à la peine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)