Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Afrique

Comment le clan Ben Ali faisait main basse sur les richesses de la Tunisie

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/03/2014

Dans un rapport publié jeudi, la Banque mondiale affirme que les proches de l'ancien président tunisien Ben Ali captaient près d'un quart des bénéfices du secteur privé du pays, grâce à un cadre réglementaire qui protégeait ses intérêts.

Après avoir étudié les comptes de 220 entreprises tunisiennes contrôlées par le régime de Ben Ali, la Banque mondiale a conclu, dans un rapport publié jeudi 27 mars, que le clan de l’ancien président récoltait plus de 21 % des bénéfices réalisés par le secteur privé.

"L'ancien régime tunisien utilisait les réglementations existantes et en édictait de nouvelles pour en faire bénéficier les membres de la famille [Ben Ali, NDLR] et ceux qui étaient proches du régime", stipule ce rapport.

Pendant les dix dernières années du pouvoir, le "code d'incitations aux investissements" a ainsi été modifié à 25 reprises, afin de restreindre l'accès des investisseurs au marché tunisien et "protéger les intérêts du clan [présidentiel] de la concurrence".

La part de marché d'une société détenue par le clan Ben Ali était ainsi en moyenne supérieure de 6,3 % que celle d'une société concurrente, quel que soit le secteur d'activité (bâtiments, téléphonie), précise cette étude de la Banque mondiale.

Quand la Banque mondiale saluait le système Ben Ali

Selon Bob Rijkers, un des auteurs de ce rapport, l’'intervention de l'État dans la politique industrielle était finalement "un écran de fumée dissimulant des situations de rente". Il estime que l’ouverture économique du pays louée en son temps par la communauté internationale, n'était qu'un "mirage".

La Banque mondiale, elle-même, et le Fonds monétaire international (FMI) ont admis s’être trompés sur la Tunisie qu’ils ont souvent érigée en "modèle pour les autres pays en développement", souffrant toutefois "de graves défauts", dont la corruption.

Déchu du pouvoir en janvier 2011 par une révolution populaire, Zinedine Ben Ali, réfugié en Arabie saoudite, et ses proches sont soupçonnés d’avoir détourné entre 15 et 50 milliards de dollars tout au long de ses 23 années de règne. Le régime tunisien actuellement en place a confisqué 550 propriétés immobilières, 48 bateaux et yachts, 367 comptes bancaires et près de 400 entreprises appartenant au clan Ben Ali.

Avec AFP

Première publication : 28/03/2014

  • TUNISIE

    Théâtre : l'union sanglante des Ben Ali version Macbeth

    En savoir plus

  • VIDÉO - TUNISIE

    Trois ans après la révolution, les jeunes Tunisiens entre espoir et déception

    En savoir plus

  • ENTRETIEN

    En Tunisie, "les nostalgiques du Benalisme mais sans Ben Ali"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)