Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

EUROPE

Les dauphins de combat ukrainiens sont-ils passés dans le camp russe ?

© US Navy - Un dauphin militaire de l'armée américaine

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 28/03/2014

La Russie a mis la main sur une unité très spéciale de l’armée ukrainienne : les dauphins de combat stationnés en Crimée, d’après l’agence russe Ria Novesti. Kiev n’a pas confirmé ce passage à l’ennemi.

Pour qui nagent les dauphins de combat de Crimée ? Dans le conflit opposant la Russie et l’Ukraine, cette section d’assaut sous-marine est devenue le dernier sujet de spéculation à la mode. L’armée russe aurait, en effet, décidé de se les approprier, a affirmé l’agence russe Ria Novosti, jeudi 27 mars, citant un employé du centre naval de Sebastopol où les cétacées sont entraînés.

Aucune autorité ukrainienne n’a, pourtant, pu confirmer le passage à l’ennemi de ces mammifères. Les informations de Crimée arrivent, en effet, au compte-goutte à Kiev “depuis que la Crimée a été annexé”, souligne le Washington Post. De son côté, la chaîne CNN s’est vu opposer une fin de non-recevoir sur la question par le ministère de la Défense ukrainien qui s’est borné à dire que les informations à ce sujet “sont classifiés”.

C’est dire si la question est sensible pour Kiev. Les dauphins militaires peuvent, en effet, jouer “un rôle crucial”, d’après Ria Novosti, pour protéger les côtes de Crimée. Ils sont entraînés à détecter les mines sous-marines qui échappent aux radars peu efficaces dans des zones très encombrées comme le port de Sebastopol. Ils peuvent aussi se transformer en “dents de la mer” de l’armée et attaquer les nageurs de combat qui auraient réussi à tromper la vigilance des gardes-côtes.

Cette brigade de soldats cétacés est un héritage de la Guerre froide. Elle a été formée par les Soviétiques au début des années 70 et s’est retrouvée sous autorité ukrainienne après l’effondrement de l’URSS. Kiev a alors jugé qu’avec la chute du mur de Berlin la menace occidentale n’était plus suffisamment forte pour justifier de garder des dauphins réservistes prêts au combat. Les mammifères ont donc retrouvé une vie civile et ont participé à des programmes d’aides aux enfants handicapés.

Aide aux enfants handicapés

En proie à des difficultés économiques grandissantes à la fin des années 90, l’Ukraine en a même vendu une partie à l’Iran en 2000. “Nous n’avons plus de médicaments pour les soigner, et sommes à court de nourriture. C’est un budget de plusieurs milliers de dollars par an qu’il nous faudrait, et nous ne l’avons pas”, se désolait, à l’époque, Boris Zhurid, l’entraîneur en chef des cétacés, au quotidien russe Komsomolskaya Pravda. Téhéran s’était montré particulièrement intéressé par des animaux qui avaient été formés pour porter des charges explosives et mener des missions suicides contre des navires de guerre.

Les dauphins de combat semblent être redevenus à la mode en Ukraine en 2011. Une unité d’une dizaine de ces mammifères aurait été remise à l’entraînement, d’après Ria Novosti. Kiev n’a jamais confirmé le retour en mer de ces cétacés tueurs.

Cette brigade animalière n’est, en tout cas, pas unique. Les États-Unis sont l’autre pays à disposer d’une telle arme. Leur programme existe depuis les années 50 et n’a été jamais, quant à lui, interrompu. En 2012, alors que l’Iran menaçait de fermer le détroit d’Hormuz, l’US Navy avait même réfléchi à dépêcher ses dauphins sur place pour localiser les éventuelles mines que Téhéran aurait disposées en mer.

Première publication : 28/03/2014

  • RUSSIE

    Il n'y a plus aucun soldat ukrainien en Crimée, selon Moscou

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Ukraine : Et si la ville de Donetsk devenait britannique ?

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Crimée : les forces russes prennent le contrôle du dernier navire ukrainien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)