Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

Afrique

RD Congo : Kabila accusé de préparer un "coup d’État constitutionnel"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/03/2014

L'opposition congolaise dénonce une réforme de la Constitution proposée par la majorité présidentielle. Selon elle, cette modification, incluant un changement de mode de scrutin, permettrait à Joseph Kabila de briguer un troisième mandat.

Le président congolais Joseph Kabila planifierait-il "un coup d'Etat constitutionnel" ? Pour les opposants, il ne fait aucun doute. Opposition et acteurs de la société civile se mobilisent, vendredi 28 mars, contre une réforme de la Constitution, qui selon eux viserait à permettre à l’actuel président de rester aux rênes du pays au-delà de 2016, date du prochain scrutin présidentiel. À ce jour, le chef de l’État n’est pas autorisé à briguer un troisième mandat.

La Majorité présidentielle (MP) a indiqué la semaine dernière qu'elle envisageait "sérieusement" un référendum pour modifier l'article 197 de la Constitution congolaise. Si cette modification est acceptée, les élections des députés provinciaux de 2015 pourraient se tenir au suffrage indirect plutôt que direct. Un cas de figure dénoncé par Vital Kamerhe, président du parti d'opposition, l'Union pour la nation congolaise (UNC). "Tout le monde rejette le suffrage indirect, on va confisquer la souveraineté du peuple", a réagi cet ancien allié de Kabila à l'AFP. "Nous allons dénoncer ce coup d'État constitutionnel."

Une première révision de la Constitution en 2010

Vital Kamerhe craint notamment que la réforme ne se limite pas au scrutin local comme indiqué et que, à terme, le président soit élu au scrutin indirect par le Parlement. Ainsi, "nous aurons pratiquement [...] une nouvelle République" et l'on pourra dire que "les compteurs sont remis à zéro" en ce qui concerne les mandats présidentiels, aujourd'hui limités à deux, a-t-il redouté.

La majorité présidentielle a pour sa part tenu à rassurer la population, via un discours télévisé du président du Parlement, en niant toute volonté de "comploter [...] contre la Constitution".

Mais pas de quoi apaiser l’opposition qui voit, dans cette annonce, une deuxième faute majeure du gouvernement. Les Congolais "ont déjà connu une première faute lorsque la majorité a révisé de façon cavalière la Constitution en 2010", a déclaré Vital Kamerhe. Cette manœuvre a facilité la réélection de M. Kabila quelques mois plus tard en ramenant la présidentielle de deux tours à un.

Autre sujet d’inquiétude : la majorité a affirmé sa volonté d’entreprendre un recensement administratif de la population en vue de l’échéance électorale de 2016. Une perspective dénoncée par plusieurs dirigeants de l'opposition qui y voient une manœuvre pour reculer la date du scrutin présidentiel, vu l'ampleur de la tâche dans un pays aux infrastructures sommaires et au territoire grand comme cinq fois la France.

Avec AFP

Première publication : 28/03/2014

  • IMMIGRATION

    Au moins 98 morts dans un naufrage entre la RD Congo et l'Ouganda

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Rachel Mwanza : "Je reviens du petit enfer de Kinshasa"

    En savoir plus

  • RD CONGO

    La loi d’amnistie congolaise, une mesure qui encourage l’impunité ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)