Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

EUROPE

Ukraine : l’oligarque pro-européen Porochenko en lice pour la présidentielle

© FRANCE 24 - Petro Porochenko, le 8 mars 2014 à Paris

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/03/2014

Le milliardaire et ancien ministre Petro Porochenko, favori des sondages pour la présidentielle ukrainienne du 25 mai, a officialisé vendredi sa candidature. Il avait été le seul oligarque à soutenir ouvertement le mouvement de contestation.

Avant même d’annoncer sa candidature, il était déjà en tête des sondages. L'oligarque et homme politique Petro Porochenko a annoncé, vendredi 28 mars, qu’il se présentait à l'élection présidentielle du 25 mai. "J'ai pris ma décision, je vais me porter candidat pour la fonction de président", a-t-il déclaré, cité par l'agence Interfax Ukraine, précisant qu'il déposerait dès samedi sa candidature auprès de la commission électorale.

L'homme d'affaires de 48 ans, dont la fortune est estimée par le magazine "Forbes" à 1,6 milliard de dollars et dont l'empire va du chocolat aux médias, a promis de créer une "nouvelle armée, moderne et efficace, qui défendra la souveraineté et l'intégrité de l'État". En cas de victoire, il a annoncé qu'il inclurait dans son équipe des représentants russophones de l'est et du sud de l'Ukraine.

Personnalité de compromis

Seul oligarque ukrainien à avoir ouvertement soutenu le mouvement de contestation pro-européen qui a abouti à la destitution du président Viktor Ianoukovitch le 22 février, Petro Porochenko apparaît comme une personnalité de compromis. Il a été ministre des Affaires étrangères entre 2009 et 2010, sous le président pro-européen Viktor Iouchtchenko, puis ministre de l'Économie de mars à novembre 2012 sous le président Ianoukovitch.

Il détient notamment le confiseur Roshen, dont la Russie a interdit l'importation des populaires chocolats l'été dernier, et la chaîne Kanal 5, qui soutenait ouvertement la Révolution orange de 2004 et depuis novembre les contestataires de Maïdan, la place de l'Indépendance de Kiev, dans un paysage médiatique verrouillé et très contrôlé par le pouvoir.

Largement devant Klitschko et Timochenko

Un sondage publié cette semaine le plaçait en tête avec 24,9% des suffrages, loin devant l'ex-champion de boxe Vitali Klitschko (8,9%) et l'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko (8,2%).

Ioulia Timochenko, qui a officialisé sa candidature jeudi 27 mars, doit recevoir l'investiture de son parti Batkivchtchina (Patrie) samedi. Quant à Vitali Klitschko, il pourrait selon les médias ukrainiens annoncer son désistement pour soutenir Petro Porochenko. "Nous devons combattre mais non pas l'un contre l'autre, nous devons combattre pour l'avenir de l'Ukraine", a ainsi déclaré Vitali Klitschko jeudi à Londres, aux côtés de l'oligarque. 

Le Parti des Régions du président déchu Ianoukovitch devrait de son côté soutenir la candidature de Mikhaïlo Dobkine, ancien gouverneur de la région russophone de Kharkiv, à la frontière de la Russie et en proie à des tensions séparatistes.

Avec AFP
 

Première publication : 28/03/2014

  • RUSSIE

    Il n'y a plus aucun soldat ukrainien en Crimée, selon Moscou

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'ONU dénonce le rattachement de la Crimée à la Russie

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Les dauphins de combat ukrainiens sont-ils passés dans le camp russe ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)