Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

EUROPE

Ukraine : l’oligarque pro-européen Porochenko en lice pour la présidentielle

© FRANCE 24 - Petro Porochenko, le 8 mars 2014 à Paris

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/03/2014

Le milliardaire et ancien ministre Petro Porochenko, favori des sondages pour la présidentielle ukrainienne du 25 mai, a officialisé vendredi sa candidature. Il avait été le seul oligarque à soutenir ouvertement le mouvement de contestation.

Avant même d’annoncer sa candidature, il était déjà en tête des sondages. L'oligarque et homme politique Petro Porochenko a annoncé, vendredi 28 mars, qu’il se présentait à l'élection présidentielle du 25 mai. "J'ai pris ma décision, je vais me porter candidat pour la fonction de président", a-t-il déclaré, cité par l'agence Interfax Ukraine, précisant qu'il déposerait dès samedi sa candidature auprès de la commission électorale.

L'homme d'affaires de 48 ans, dont la fortune est estimée par le magazine "Forbes" à 1,6 milliard de dollars et dont l'empire va du chocolat aux médias, a promis de créer une "nouvelle armée, moderne et efficace, qui défendra la souveraineté et l'intégrité de l'État". En cas de victoire, il a annoncé qu'il inclurait dans son équipe des représentants russophones de l'est et du sud de l'Ukraine.

Personnalité de compromis

Seul oligarque ukrainien à avoir ouvertement soutenu le mouvement de contestation pro-européen qui a abouti à la destitution du président Viktor Ianoukovitch le 22 février, Petro Porochenko apparaît comme une personnalité de compromis. Il a été ministre des Affaires étrangères entre 2009 et 2010, sous le président pro-européen Viktor Iouchtchenko, puis ministre de l'Économie de mars à novembre 2012 sous le président Ianoukovitch.

Il détient notamment le confiseur Roshen, dont la Russie a interdit l'importation des populaires chocolats l'été dernier, et la chaîne Kanal 5, qui soutenait ouvertement la Révolution orange de 2004 et depuis novembre les contestataires de Maïdan, la place de l'Indépendance de Kiev, dans un paysage médiatique verrouillé et très contrôlé par le pouvoir.

Largement devant Klitschko et Timochenko

Un sondage publié cette semaine le plaçait en tête avec 24,9% des suffrages, loin devant l'ex-champion de boxe Vitali Klitschko (8,9%) et l'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko (8,2%).

Ioulia Timochenko, qui a officialisé sa candidature jeudi 27 mars, doit recevoir l'investiture de son parti Batkivchtchina (Patrie) samedi. Quant à Vitali Klitschko, il pourrait selon les médias ukrainiens annoncer son désistement pour soutenir Petro Porochenko. "Nous devons combattre mais non pas l'un contre l'autre, nous devons combattre pour l'avenir de l'Ukraine", a ainsi déclaré Vitali Klitschko jeudi à Londres, aux côtés de l'oligarque. 

Le Parti des Régions du président déchu Ianoukovitch devrait de son côté soutenir la candidature de Mikhaïlo Dobkine, ancien gouverneur de la région russophone de Kharkiv, à la frontière de la Russie et en proie à des tensions séparatistes.

Avec AFP
 

Première publication : 28/03/2014

  • RUSSIE

    Il n'y a plus aucun soldat ukrainien en Crimée, selon Moscou

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'ONU dénonce le rattachement de la Crimée à la Russie

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Les dauphins de combat ukrainiens sont-ils passés dans le camp russe ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)