Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Exclusif : Marzouki met en garde les Tunisiens contre la "tentation extrémiste"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Essebsi : "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean-Christophe Moreau, co-auteur de "Islamophobie : la contre-enquête"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Charlotte Gainsbourg : "Je n'aurais pas pu être autre chose qu’actrice"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Hollande à Florange : un retour sous tension

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

Moyen-Orient

Obama tente de rassurer l'allié saoudien sur la Syrie et l'Iran

© AFP

Vidéo par Clarence RODRIGUEZ

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/03/2014

En visite depuis vendredi en Arabie saoudite, Barack Obama s'est efforcé d'apaiser les inquiétudes du roi Abdallah quant au rapprochement entre les États-Unis et l'Iran, et a abordé la question du conflit syrien.

C'est une visite placée sous le signe du rapprochement. Arrivé vendredi 28 mars en Arabie saoudite, le président Barack Obama a rencontré le roi Abdallah. Il a tenté de dissiper les appréhensions du monarque saoudien au sujet de la politique américaine sur la Syrie et l'Iran en lui assurant que les intérêts stratégiques de leurs deux pays restaient "alignés".

Lors d'un entretien de deux heures dans la propriété du roi près de Ryad, le président américain a affirmé que les États-Unis n'accepteraient pas un "mauvais accord" sur le nucléaire iranien, un sujet d'inquiétude majeur du royaume.

L'Arabie saoudite, chef de file des monarchies du Golfe, redoute qu'un désengagement des

Le président Franklin Roosevelt et le Roi Ibn Séoud, lors de l’accord conclu en 1945 © capture d'écran France 24

États-Unis du Moyen-Orient et l'ouverture américaine sur l'Iran n'encouragent les ambitions régionales de son rival chiite.

Selon un communiqué publié par la Maison Blanche à l'issue des deux heures de discussion, Barack Obama a réaffirmé l'importance pour lui de liens "forts" entre les États-Unis et l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole.

Renforcer l'opposition syrienne

Sur la Syrie, la Maison Blanche, avant la réunion, avait assuré que le président voulait parler avec le roi des moyens de renforcer "politiquement et militairement" l'opposition syrienne modérée.

Mais un autre responsable américain anonyme a affirmé que les États-Unis n'avaient pas approuvé la fourniture par l'Arabie saoudite de Manpads (système d'arme sol-air portable) aux rebelles syriens dont Ryad est l'un des principaux soutiens.

Depuis sa première visite en 2009 en Arabie, l'un des principaux alliés de Washington au Moyen-Orient, les relations entre les deux pays --qui remontent à sept décennies- ont connu des soubresauts, Ryad reprochant notamment à Washington son attitude non interventionniste en Syrie et son ouverture vers l'Iran.

Ryad avait également peu apprécié la décision américaine de renoncer cet automne à des frappes sur la Syrie, après un accord avec Damas sur une destruction de son arsenal chimique. Et le prince héritier d'Arabie saoudite, Salmane Ben Abdel Aziz, avait accusé mardi la communauté internationale d'avoir "trahi" la rébellion syrienne, en manque d'armes.

Avant la réunion, le conseiller adjoint de Sécurité nationale, Benjamin Rhodes, avait néanmoins assuré que les relations s'étaient "améliorées depuis l'automne" sur le dossier syrien, notamment en raison d'une meilleure coordination de l'aide à l'opposition.

Le président Obama n'a cependant pas pris l'initiative d'aborder avec le roi la question des droits de l'Homme en Arabie saoudite, qui irrite les dirigeants du royaume, alors qu'Amnesty International l'avait exhorté à en faire état.

Avant de partir ce samedi, Barack Obama va faire un signe aux défenseurs des droits, en rencontrant une militante saoudienne le jour même où des femmes ont appelé à défier l'interdiction de conduire.

Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 29/03/2014

  • ARABIE SAOUDITE

    Riyad s'insurge contre les accusations du Premier ministre irakien sur FRANCE 24

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Riyad classe les Frères musulmans comme organisation terroriste

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Riyad et Paris soulignent leur "convergence" sur les crises régionales

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)