Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

EUROPE

Poutine appelle Obama pour évoquer une sortie de crise en Ukraine

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/03/2014

Vladimir Poutine a appelé vendredi Barack Obama pour évoquer la proposition américaine de sortie de crise en Ukraine. C'est le premier contact direct entre les deux présidents depuis l'imposition de sanctions contre des proches du chef d'État russe.

Après plusieurs semaines de blocage, le président russe Vladimir Poutine a appelé vendredi 28 mars Barack Obama pour parler de la proposition américaine de sortie de crise en Ukraine, où la campagne électorale en vue de la présidentielle démarre officiellement ce week-end.

Barack Obama souhaite une résolution du conflit ukrainien par la diplomatie avec des observateurs internationaux qui assureraient la protection des Criméens d'origine russe et le retour des troupes russes dans leurs bases criméennes.

Cette proposition américaine va faire l'objet de discussions directes entre les chefs de la diplomatie des deux pays, John Kerry et Sergueï Lavrov, a par la suite annoncé la présidence américaine depuis Ryad où M. Obama est en visite. Le dirigeant américain a "suggéré que la Russie mette par écrit une réponse" à cette proposition, selon la même source.

Les points de vue de la Russie et des Occidentaux "se rapprochent"

Des responsables militaires américains ont estimé à 20 000 le nombre de soldats déployés par la Russie le long de la frontière. Kiev a avancé de son côté le chiffre de 100 000 soldats. La diplomatie russe accuse les dirigeants occidentaux d'être soit mal informés soit de mauvaise foi, soulignant que plusieurs inspections internationales menées en mars près de la frontière n'ont décelé aucun "préparatif agressif".

Un haut responsable de l'administration Obama a décrit la conversation, qui a duré une heure environ, comme "franche et directe". "Le président Obama a expliqué au président Poutine que les États-Unis continuaient à privilégier la voie diplomatique en étroite consultation avec le gouvernement de l'Ukraine et en soutien au peuple ukrainien avec pour objectif la désescalade dans cette crise", a indiqué la Maison Blanche.

Cela ne sera possible, a dit Barack Obama à Vladimir Poutine, "que si la Russie retire ses troupes et ne prend aucune mesure qui violerait une nouvelle fois l'intégrité territoriale et la souveraineté de l'Ukraine", a indiqué la Maison Blanche.

Au lendemain de cet entretien, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a estimé que les points de vue de la Russie et des Occidentaux sur la crise ukrainienne se rapprochaient, ouvrant la voie à une possible "initiative commune".

"Nos points de vue se rapprochent. Ma dernière rencontre avec le secrétaire d'État américain, John Kerry, à La Haye et mes contacts avec l'Allemagne, la France et d'autres pays montrent que s'esquisse la possibilité d'une initiative commune qui pourrait être proposée à l'Ukraine", a déclaré le chef de la diplomatie du Kremlin sur la chaîne russe Vesti, assurant que Moscou n'avait "absolument aucune intention ni intérêt" à traverser la frontière de l'Ukraine".

Premier contact direct depuis les sanctions

Il semble que ce soit le premier entretien direct entre les deux présidents depuis la décision des États-Unis et de leurs alliés européens d'imposer des sanctions à l'encontre des proches de Vladimir Poutine.

Le président Obama a menacé de s'en prendre à des "secteurs clé" de l'économie russe si jamais Moscou ne changeait pas d'attitude, et a consacré une grande partie d'une tournée en Europe cette semaine à tenter de rassembler ses alliés pour rejeter les visées du Kremlin.

Plus tôt vendredi, dans un entretien à la chaîne CBS, il avait exhorté M. Poutine à retirer ses troupes massées le long de la frontière de l'Ukraine. Il a réitéré cette demande lors de sa conversation avec le président russe, selon le compte-rendu qu'en a donné la Maison Blanche.

"Le président Obama a noté que le gouvernement ukrainien continuait à adopter une approche de retenue et de désescalade vis-à-vis de la crise (...) et pressé la Russie de soutenir ce processus et d'éviter des provocations supplémentaires, dont le fait de masser des troupes à sa frontière avec l'Ukraine", a expliqué l'exécutif américain.

Vladimir Poutine n'a rien fait de son côté pour lever les inquiétudes, soulignant que les événements de Crimée avaient montré "les nouvelles capacités" de l'armée russe.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 29/03/2014

  • RUSSIE

    Il n'y a plus aucun soldat ukrainien en Crimée, selon Moscou

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'ONU dénonce le rattachement de la Crimée à la Russie

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Les dauphins de combat ukrainiens sont-ils passés dans le camp russe ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)