Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Mode masculine hiver 2015 à Paris, les libertés d'expression triomphent

En savoir plus

FOCUS

Législatives en Grèce : un scrutin décisif

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Manchester City-Côte d'Ivoire au Mondial : Yaya Touré se confie à FRANCE 24

En savoir plus

#ActuElles

Sport : à quand la parité ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération des humanitaires à Bangui : Le chef anti-balaka Andilo ne sera pas relâché

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Abdallah, "grand défenseur des femmes" selon Christine Lagarde

En savoir plus

TECH 24

Alan Turing, le casseur de codes

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Lassana Bathily, un héros désormais français

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Taux de croissance en Chine : "7,4%, c'est un taux de croissance dont on rêverait!"

En savoir plus

EUROPE

Ukraine : rencontre entre Lavrov et Kerry à Paris

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/03/2014

Après des semaines de tensions diplomatiques, le secrétaire d'État américain John Kerry a rencontré, dimanche, à Paris, son homologue russe, Sergueï Lavrov, pour discuter d'une solution négociée à la crise ukrainienne.

C’est une ultime rencontre programmée à la dernière minute. Le secrétaire d'État américain John Kerry a annulé son retour à Washington pour prendre la direction de Paris où il a rencontré, dimanche 30 mars, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Après un entretien téléphonique entre Barack Obama et Vladimir Poutine vendredi, c'est au tour de leurs ministres des Affaires étrangères de s’entretenir pour évoquer une éventuelle solution diplomatique en Ukraine. Signe que les deux puissances ont manifestement l'intention d'agir vite.

Moscou n'a pas l'intention d’envahir l’Ukraine

Les USA et la Russie ont fait des propositions pour faire baisser les tensions autour de
l'Ukraine, a déclaré John Kerry à l'issue de la rencontre avec son homologue russe. Lors d'une conférence de presse, le secrétaire d'Etat américain a expliqué avoir clairement indiqué qu'il jugeait encore que la Russie avait agi de manière
"illégale et illégitime" en Crimée.

Plus tôt dans la journée, le ministre des Affaires étrangères russe avait appelé les Occidentaux à soutenir une proposition visant à donner plus de pouvoir aux régions russophones d'Ukraine dans le cadre d'une structure fédérale. "Si nos partenaires sont prêts, alors la Russie, les Etats-Unis et l'Union européenne pourraient former un groupe de soutien à l'Ukraine et formuler un appel conjoint à ceux qui sont maintenant au pouvoir à Kiev", a déclaré le chef de la diplomatie dans une interview diffusée sur la chaîne de télévision publique Pervy Kanal.

La veille, la Russie avait assuré n'avoir "aucune intention" d'envahir l'est de l'Ukraine, en réponse aux inquiétudes de l'Occident face à la concentration de troupes russes à la frontière orientale de l'Ukraine après l'annexion de la Crimée par Moscou. Selon des estimations américaines, le nombre de militaires russes massés près de la frontière atteindrait quelque 40 000.

L'Alliance atlantique est "extrêmement inquiète"

Côté américain, vendredi encore, Barack Obama s'en était pris de manière très dure à Vladimir Poutine, l'accusant de "rancune au sujet de ce qu'il considère comme la perte de l'Union soviétique" et l'enjoignant de retirer ses troupes massées à la frontière ukrainienne.

Kiev craint que la Russie n'en reste pas là et intervienne désormais dans la partie orientale de l'Ukraine, majoritairement russophone et agitée par des manifestations séparatistes ces dernières semaines.

L'Occident, qui a imposé des sanctions à l'encontre de personnalités russes après l'annexion de la république autonome de Crimée par la Russie, a menacé d'imposer d'autres sanctions si Moscou envoyait de nouvelles troupes en Ukraine.

Dans un entretien au magazine Focus, le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, dit que l'Alliance atlantique est "extrêmement inquiète". "Je crains que ce [les sanctions] ne soi[en]t pas encore suffisant[es] pour lui [Poutine]. Je crains que nous ne traitions pas rationnellement, et trop par l'émotion, le désir de la Russie de reconstruire son ancienne sphère d'influence dans son voisinage immédiat", a-t-il expliqué.

Vers une "fédéralisation" ou une "décentralisation" ?

Quels seraient les contours d'un règlement international ? Sergueï Lavrov a donné une piste en évoquant une "fédéralisation" de l'ex-république soviétique, "exigence des régions du sud et de l'est".

"Pour parler franchement, nous ne voyons pas d'autre voie pour le développement stable de l'État ukrainien qu'une fédération", a dit le chef de la diplomatie russe. Chaque région, a-t-il expliqué, aurait compétence en matière économique et financière, dans le domaine culturel et linguistique et en matière d'éducation ainsi que pour "ses relations économiques et culturelles externes avec les pays ou régions voisines".

L'idée d'une "décentralisation" a déjà été évoquée par certains diplomates occidentaux et la France s'y est dit favorable afin d'apaiser les tensions qui règnent dans ces régions très proches culturellement et économiquement de la Russie et redoutant l'orientation pro-européenne des autorités à Kiev.

Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 29/03/2014

  • ÉTATS-UNIS

    Dana Rohrabacher, un admirateur de Poutine au Congrès américain

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Le pro-européen Klitschko renonce à briguer la présidence ukrainienne

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Poutine appelle Obama pour évoquer une sortie de crise en Ukraine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)