Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

La difficile lutte contre le trafic d’armes en Europe

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sécurité : quel modèle en Israël ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La ligne Maginot des valeurs européennes"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Garder la foi"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Étienne-du-Rouvray : après le choc, les questions et la polémique

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : l'Italie se dote de nouveaux "hotspots" pour mieux accueillir les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hillary Clinton, à contrecœur"

En savoir plus

Afrique

Centrafrique : au moins 24 personnes tuées par des soldats tchadiens

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/03/2014

Des soldats tchadiens venus rapatrier leurs compatriotes fuyant la Centrafrique ont ouvert le feu sur des habitants de Bangui tuant au moins 24 personnes. Le bilan pourrait s'alourdir.

Regain de tension en Centrafrique. Au moins 24 personnes ont été tuées et une centaine blessées par des soldats tchadiens, dimanche 30 mars, à Bangui. Ils étaient venus rapatrier leurs compatriotes fuyant les violences en Centrafrique.

"Des soldats tchadiens venus de leur pays pour rapatrier leurs compatriotes qui désirent quitter la Centrafrique ont ouvert le feu sur les habitants des quartiers nord, faisant au moins huit morts et plusieurs blessés", a déclaré à l'AFP un officier de la force africaine (Misca) sous couvert d'anonymat. Ce bilan est "encore provisoire et pourrait bien s'alourdir", a-t-il précisé.

On ignore la raison des tirs

"On ignore à présent ce qui a entraîné ces tirs sur les habitants des quartiers nord. Mais nous tentons de recouper les informations pour savoir ce qui s'est exactement passé", a-t-il ajouté.

Des incidents surviennent régulièrement à Bangui entre d'un côté les milices anti-balaka et la population, majoritairement chrétienne, et de l'autre les soldats tchadiens, accusés de complicité avec les ex-rebelles Séléka, majoritairement musulmans, qui avaient pris le pouvoir en mars 2013 en Centrafrique.

Avec AFP

 

Première publication : 30/03/2014

  • CENTRAFRIQUE

    L’Union africaine qualifie les anti-balaka de "terroristes"

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    MSF : "La haine envers les musulmans s’est généralisée en Centrafrique"

    En savoir plus

  • MUSIQUE

    "En Centrafrique, il n'y a pas que la guerre !"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)