Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

Afrique

Centrafrique : au moins 24 personnes tuées par des soldats tchadiens

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/03/2014

Des soldats tchadiens venus rapatrier leurs compatriotes fuyant la Centrafrique ont ouvert le feu sur des habitants de Bangui tuant au moins 24 personnes. Le bilan pourrait s'alourdir.

Regain de tension en Centrafrique. Au moins 24 personnes ont été tuées et une centaine blessées par des soldats tchadiens, dimanche 30 mars, à Bangui. Ils étaient venus rapatrier leurs compatriotes fuyant les violences en Centrafrique.

"Des soldats tchadiens venus de leur pays pour rapatrier leurs compatriotes qui désirent quitter la Centrafrique ont ouvert le feu sur les habitants des quartiers nord, faisant au moins huit morts et plusieurs blessés", a déclaré à l'AFP un officier de la force africaine (Misca) sous couvert d'anonymat. Ce bilan est "encore provisoire et pourrait bien s'alourdir", a-t-il précisé.

On ignore la raison des tirs

"On ignore à présent ce qui a entraîné ces tirs sur les habitants des quartiers nord. Mais nous tentons de recouper les informations pour savoir ce qui s'est exactement passé", a-t-il ajouté.

Des incidents surviennent régulièrement à Bangui entre d'un côté les milices anti-balaka et la population, majoritairement chrétienne, et de l'autre les soldats tchadiens, accusés de complicité avec les ex-rebelles Séléka, majoritairement musulmans, qui avaient pris le pouvoir en mars 2013 en Centrafrique.

Avec AFP

 

Première publication : 30/03/2014

  • CENTRAFRIQUE

    L’Union africaine qualifie les anti-balaka de "terroristes"

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    MSF : "La haine envers les musulmans s’est généralisée en Centrafrique"

    En savoir plus

  • MUSIQUE

    "En Centrafrique, il n'y a pas que la guerre !"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)