Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

France : rencontre avec ces jeunes qui ont choisi de voter FN

En savoir plus

À L’AFFICHE !

China Moses : retour d'une princesse du swing

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, honteux et confus"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je ne sais pas pour qui voter"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Brexit : l'exil des startups ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Brexit : Londres officialisera sa demande de divorce le 29 mars

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Référendum constitutionnel : la diaspora turque en Allemagne à l'heure du vote

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les mensonges des passeurs et une rivière ivoirienne polluée par l'orpaillage

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Thomas Friedman : "Le problème de Donald Trump, c'est qu'il n'est pas très malin"

En savoir plus

Afrique

Centrafrique : au moins 24 personnes tuées par des soldats tchadiens

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/03/2014

Des soldats tchadiens venus rapatrier leurs compatriotes fuyant la Centrafrique ont ouvert le feu sur des habitants de Bangui tuant au moins 24 personnes. Le bilan pourrait s'alourdir.

Regain de tension en Centrafrique. Au moins 24 personnes ont été tuées et une centaine blessées par des soldats tchadiens, dimanche 30 mars, à Bangui. Ils étaient venus rapatrier leurs compatriotes fuyant les violences en Centrafrique.

"Des soldats tchadiens venus de leur pays pour rapatrier leurs compatriotes qui désirent quitter la Centrafrique ont ouvert le feu sur les habitants des quartiers nord, faisant au moins huit morts et plusieurs blessés", a déclaré à l'AFP un officier de la force africaine (Misca) sous couvert d'anonymat. Ce bilan est "encore provisoire et pourrait bien s'alourdir", a-t-il précisé.

On ignore la raison des tirs

"On ignore à présent ce qui a entraîné ces tirs sur les habitants des quartiers nord. Mais nous tentons de recouper les informations pour savoir ce qui s'est exactement passé", a-t-il ajouté.

Des incidents surviennent régulièrement à Bangui entre d'un côté les milices anti-balaka et la population, majoritairement chrétienne, et de l'autre les soldats tchadiens, accusés de complicité avec les ex-rebelles Séléka, majoritairement musulmans, qui avaient pris le pouvoir en mars 2013 en Centrafrique.

Avec AFP

 

Première publication : 30/03/2014

  • CENTRAFRIQUE

    L’Union africaine qualifie les anti-balaka de "terroristes"

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    MSF : "La haine envers les musulmans s’est généralisée en Centrafrique"

    En savoir plus

  • MUSIQUE

    "En Centrafrique, il n'y a pas que la guerre !"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)