Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Un homme à la hauteur", le nain Dujardin

En savoir plus

FOCUS

Chute des prix du pétrole : les pays du Golfe face à une austérité jamais connue

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : Moqtada al-Sadr, l'agitateur

En savoir plus

LE DÉBAT

Loi Travail : la bataille s'engage au Parlement (partie 2)

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La mode, seconde industrie la plus polluante au monde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Isabelle Kocher, seule dirigeante du CAC 40

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amicalement vôtre"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Lui, candidat"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Hollande est-il un homme de gauche ?

En savoir plus

FRANCE

Municipales : le PS sauve Paris mais n'échappe pas à la débâcle

© AFP - la candidate socialiste Anne Hidalgo

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/03/2014

La gauche conserve Paris mais enregistre un revers sévère aux municipales au profit de la droite dans plusieurs villes importantes, comme Pau, Angers ou Quimper, tandis que l'extrême droite remporte Béziers et Fréjus, selon des premiers résultats.

• Le second tour des élections municipales en France, dimanche 30 mars, a été marqué par la déroute du Parti socialiste (PS) qui perd au moins 150 villes de plus de 9 000 habitants, dont Toulouse, Saint-Étienne, Reims, Quimper, Tour, Angoulême, Limoges ou encore Roubaix. Toutefois, les socialistes conservent Paris, grâce à la victoire d’Anne Hidalgo qui l’emporte sur l’UMP Nathalie Kosciusko-Morizet, Metz ou encore Strasbourg.

• Les résultats sont "indéniablement mauvais pour la gauche (...) Nous entendons le message des électeurs" a déclaré Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement. Dans un discours télévisé des plus solennels, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a reconnu la “responsabilité collective” de la gauche et a annoncé que “le président de la République tirera les enseignements de ce scrutin.” Des déclarations qui viennent alimenter les rumeurs insistantes d’un remaniement ministériel qui pourrait intervenir dès lundi.

• L’UMP s’est félicitée, notamment par la voix de son président Jean-François Copé, de la “vague bleue” qui a déferlé sur la France. "Il est clair que l'UMP va remporter plus de la moitié des villes de plus de 9 000 habitants" et s’affirme ainsi en tant que "premier parti de France". François Hollande doit "absolument changer de politique", a déclaré le député-maire de Meaux.

• Quant au Front national (FN), il s’impose - en plus de Hénin-Beaumont gagnée au premier tour - dans au moins douze communes dont Fréjus et Béziers, où il soutenait la liste de Robert Ménard, mais ne passe ni à Perpignan, ni à Avignon, ni à Forbach. Marine Le Pen, la présidente du FN, parle d’une “nouvelle étape” pour son parti qui pourrait désormais compter 1 200 conseillers municipaux à travers la France.

L’abstention s’inscrit à un niveau jamais atteint pour un second tour des municipales sous la Ve République, avec un taux final estimé par les instituts de sondages entre 38 et 38,5 %.

 

Cliquez ici pour afficher le liveblogging sur votre smartphone ou votre tablette.

Première publication : 30/03/2014

  • FRANCE

    Municipales : les Français boudent encore les urnes au second tour

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le vote blanc, "arme de destitution massive" ?

    En savoir plus

  • MUNICIPALES 2014

    Vidéo : les faits marquants du premier tour des municipales

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)