Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Economie

En 2013, le déficit public français a été supérieur aux prévisions

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/03/2014

En 2013, le déficit public français a atteint 4,3% du PIB alors que le gouvernement s'était fixé un objectif de 4,1%. Une mauvaise nouvelle qui éloigne un peu plus l'engagement de passer sous la barre des 3% en 2015.

Ce ne sont que 0,2% mais ils font une grande différence. En 2013, le déficit public français a été de 4,3% du PIB contre un objectif fixé à 4,1% par le gouvernement, d'après les chiffres rendus publics par l'Insee, lundi.

Une mauvaise nouvelle de plus pour l'exécutif déjà confronté à la déroute électorale du second tour des municipales, dimanche 30 mars. L'incapacité à atteindre ces 4,1% de déficit public rend d'autant plus difficile l'objectif fixé à 3%, en 2015. C'est pourtant l'engagement que Paris avait pris, en 2013, auprès de Bruxelles. 

La dette publique a également dépassé les prévisions officielles, grimpant à 93,5% du produit intérieur brut l'an dernier contre 90,6% fin 2012, là où le gouvernement tablait sur 93,4%. Elle s'élève fin 2013 à 1 925,3 milliards d'euros, en augmentation de 84,3 milliards par rapport à fin 2012 où elle avait déjà augmenté de 116,1 milliards.

Plus d'économies ?

Si le gouvernement veut maintenir le cap budgétaire pour ne pas froisser la Commission européenne, il risque donc de devoir mettre les bouchées doubles sur les mesures d'économies. Les 50 milliards d'économies de coupes budgétaires que le gouvernement cherche actuellement à faire ne suffiraient, en effet, plus.

Pas sûr qu'une pilule d'austérité encore plus amère que prévue passe auprès de l'opinion dans le contexte politique actuelle. Bercy ne s'est d'ailleurs pas hasardé sur le terrain des futures économies à réaliser. Le ministère a préféré se féliciter du chemin déjà parcouru. "Le redressement des comptes publics, engagé depuis 2012, se poursuit dans un contexte économique qui s'améliore graduellement", ont assuré juste après la publication de ces chiffres le ministre de l'Économie, Pierre Moscovici, et son collègue au Budget, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué. Il est vrai que le déficit public s'élevait à 4,9% du PIB en 2012.

Avec AFP

Première publication : 31/03/2014

  • ITALIE

    Rome en proie à un incendie budgétaire

    En savoir plus

  • FRANCE

    Paris prévoit plus d'économies et moins de croissance pour 2014

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La France devrait ralentir le rythme des efforts budgétaires, selon le FMI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)