Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : au coeur de raqqa, fief des jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : la Crimée à l’heure de la russification

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Miossec, poétique et sombre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Martin Schulz, Président du Parlement européen

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Terrorisme, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : la bataille pour la présidence de l'UMP

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Commission européenne : l'équipe Juncker passe son grand oral

En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Charles Blé Goudé accusé de "certains des pires crimes" devant la CPI

    En savoir plus

  • La trêve violée en Ukraine : des militaires et des civils tués

    En savoir plus

  • Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

    En savoir plus

  • Syrie : la coalition a bombardé un important complexe gazier tenu par l'EI

    En savoir plus

  • Sénatoriales : le FN a séduit quatre fois plus de grands électeurs que prévu

    En savoir plus

  • Plus de 3 000 migrants sont morts en Méditerranée depuis janvier

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes européens affluent en Irak pour combattre l’EI

    En savoir plus

FRANCE

Manuel Valls chargé de conduire "un gouvernement de combat"

© AFP

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/04/2014

Au lendemain d’élections municipales catastrophiques pour le Parti socialiste, le président François Hollande a nommé Manuel Valls au poste de Premier ministre. À charge pour celui-ci de sortir l’exécutif du marasme.

L’ambitieux et populaire Manuel Valls poursuit son ascension politique. L’ancien ministre de l’Intérieur, à qui l’on prête régulièrement des airs de "Sarkozy de gauche", remplace Jean-Marc Ayrault à la tête d’un gouvernement remanié.

La nouvelle, attendue depuis la déroute du Parti socialiste aux élections municipales, a été annoncée officiellement par le président François Hollande, lors d’une allocution télévisée donnée lundi soir depuis le palais de l’Élysée. Contrairement à la tradition, la démission d’Ayrault a été "fuitée" par Matignon quelques heures avant l’annonce du chef de l’État.

Volonté de partir sur un coup d’éclat ou ultime couac d’un Premier ministre à bout de souffle ? Toujours est-il que Jean-Marc Ayrault restera comme l’un des chefs de gouvernement les moins populaires de la Ve République et que son passage à Matignon n’aura finalement pas coïncidé avec une l’inversion tant attendue de la courbe du chômage.

Les ministres écologistes refusent le gouvernement Valls

À 51 ans, Manuel Valls devient le deuxième Premier ministre de François Hollande. Il devrait prendre la tête d’un gouvernement resserré, avec pour mission de remonter la côte de l’exécutif lors de la seconde partie du quinquennat, via la grande réforme portée par l’Élysée : le pacte de responsabilité

Les deux ministres écologistes, Cécile Duflot et Pascal Canfin, ne feront en tout cas pas partie de cette nouvelle équipe. Ils ont déjà annoncé qu’ils ne rejoindraient pas le gouvernement de Manuel Valls, estimant que "les idées portées par le nouveau Premier ministre ne constituent pas la réponse adéquate aux problèmes des Français".

La nomination de ce dernier a aussi déclenché des réactions très diverses au sein de son parti. Elle été accueillie avec mécontentement par l’aile gauche du PS. "C'est plus que surprenant de prendre celui qui est le plus à droite au PS, qui n'a fait que 5% dans le débat interne (de la primaire de 2011, ndlr), qui était contre les 35 heures, qui était pour la TVA sociale, comme réponse au fait que le peuple de gauche ait contesté la politique libérale de François Hollande", a ainsi estimé la sénatrice socialiste Marie-Noëlle Lienemann.

Du côté des proches de François Hollande, plusieurs figures du parti se sont en revanche déclarés satisfaits de l’arrivée à Matignon de Manuel Valls. Le maire de Dijon François Rebsamen a loué "un professionnel" qui "fait les choses de manière sérieuse". "Il a beaucoup de qualités, il mettra en oeuvre la politique décidée par le président de la République", a-t-il ajouté.

Revivez les événements de la soirée sur notre liveblogging :

(Si le liveblogging ne s'affiche pas, rechargez la page)

Vers un remaniement ministériel imminent ?
 

Cliquez ici pour suivre notre liveblogging sur votre tablette ou votre mobile

Première publication : 31/03/2014

  • FRANCE

    Après le vote sanction aux municipales, le PS fait son mea culpa

    En savoir plus

  • FRANCE

    Municipales : la vague Bleu Marine n'a pas eu lieu

    En savoir plus

  • FRANCE

    Municipales : large victoire de l'UMP, le FN ravit une douzaine de mairies

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)