Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Cannabis : un marché florissant

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique : Julie Zenatti de retour avec "Blanc"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Naufrages en Méditerranée : l'UE réagit au drame des migrants

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Louis Michel : "Certains pays européens refusent de prendre leur part de réfugiés"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Naufrages en Méditerranée : la politique migratoire à 28 attendra

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Prime d'activité : le plan de François Hollande pour la jeunesse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Séisme : "Le Népal dévasté"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Népal : "Le toit du monde s'est écroulé"

En savoir plus

FRANCE

Municipales : la vague Bleu Marine n'a pas eu lieu

© AFP | Marine Le Pen. \ AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/03/2014

Si le Front national fait son retour dans au moins 11 municipalités, notamment dans le 7e secteur de Marseille et à Béziers, le parti de Marine Le Pen n'a pas réussi à s'imposer dans toutes les villes où il était arrivé en tête dès le premier tour.

"Marseille est bleu, Bleu Marine", se délectait, dimanche soir, le nouveau maire frontiste du 7e secteur de la deuxième ville de France, Stéphane Ravier. Élu avec 35,34% des voix dans les quartiers nord de la cité phocéenne, il peut se réjouir d'avoir offert au Front national la plus belle victoire des municipales. Car si "dix villes" ont été remportées par le parti d'extrême droite, cette mairie de secteur est "l'équivalent d'une très grande ville", a rappelé Marine Le Pen sur TF1.

Le FN peut également se targuer de s'être imposé à Béziers, avec la victoire de l'ancien journaliste Robert Ménard, ainsi qu'à Fréjus, où le jeune maire de 26 ans David Rachline a obtenu 45,55% des suffrages face à deux listes de droite. Dans des configurations plus difficiles, le FN l'a emporté à Beaucaire (Gard), à Villers-Cotterêts (Aisne), Hayange (Moselle), au Luc, à Cogolin (Var) et Pontet (Vaucluse) et à Mantes-la-Ville la première ville tenue par le FN en Île-de-France. Sans compter Hénin-Beaumont remportée dès le premier tour

Au vu des résultats, Marine Le Pen n'a pas caché sa joie, y voyant le début d'une "nouvelle étape pour le FN". "Il faut désormais compter avec une troisième grande force politique", a-t-elle assuré sur France 2. Avec onze mairies déjà acquises, soit plus que les 4 villes (Toulon, Orange, Vitrolles, Marignane) que le FN détenait en 1997, le parti de Marine Le Pen a tourné la page de la douloureuse scission mégrétiste de 1998-1999. Son parti a également réussi à bien s'implanter dans les conseils municipaux, battant son record avec 1 438 élus, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, contre 1 249 en 1995.

Échec des cadres du FN

Si pour les observateurs, le FN a rempli son contrat, il n'a toutefois pas complètement transformé l'essai. Les cadres du parti ont en effet échoué : Florian Philippot a été défait à Forbach (Moselle) et Louis Aliot, le compagnon de Marine Le Pen, n'a pas réussi à prendre Perpignan à l'UMP. Et, grosse surprise, l'avocat médiatique Gilbert Collard a perdu à Saint-Gilles (Gard).

Marches ratées également à Avignon, où le FN espérait créer la surprise, à Carpentras (Vaucluse), Tarascon (Bouches-du-Rhône) et Brignoles (Var) que le parti pensait pouvoir gagner. Défaite aussi à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), Villeneuve-Saint-Georges et à L'Hôpital, communes du Val-de-Marne et de Moselle où le FN s'était allié à un divers-droite.

Au total, la conquête des onze mairies gagnées par le FN semble bien maigre au regard des 17,90% atteints par Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle en 2012. Deux raisons peuvent l'expliquer : l'implantation locale du FN, faible mais en progrès, et le refus du parti de s'insérer dans un système d'alliance.

Les maires frontistes, qui vont être l'objet d'une forte attention médiatique, vont devoir désormais faire leurs "preuves", comme l'a promis Marine Le Pen. Désormais, l'enjeu pour le parti est clair : devenir crédible et s'appuyer sur un bilan pour "passer à un stade supérieur", dès les européennes le 25 mai. Plusieurs sondages placent le FN au-dessus de 20%. Et devant le PS.

Avec AFP

 

 

Première publication : 31/03/2014

  • FRANCE

    Municipales : le PS sauve Paris mais n'échappe pas à la débâcle

    En savoir plus

  • FRANCE

    Municipales : large victoire de l'UMP, le FN ravit une douzaine de mairies

    En savoir plus

  • PORTRAIT

    Robert Ménard, le chantre de la liberté d’expression devenu l’allié du FN

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)