Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Migrants aux Etats-Unis : Donald Trump recule sur la séparation des familles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Faouiza Charfi : "Il est important que nos enfants aient une autre vision de l'islam"

En savoir plus

FOCUS

France : le fléau des déchetteries sauvages

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Universités françaises : la compétition internationale "pas forcément négative"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fête de la musique : Arat Kilo, au carrefour des influences

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Familles séparées : la grogne monte aux États-Unis

En savoir plus

L’invité du jour

Karine Tuil : "Romancière, je tente à travers l’observation de la société d’en décrypter la complexité"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Boeing : "Il faut maintenir le dialogue entre américains et chinois"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grèce : un allègement de la dette se profile à l'Eurogroupe

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 01/04/2014

"Valls a mis le temps"

© France 24

Presse française, Mardi 1er avril 2014. Au menu de cette revue de presse, la nomination de Manuel Valls à Matignon, en remplacement de Jean-Marc Ayrault.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
La presse française revient bien sûr largement ce matin sur le remplacement de Jean-Marc Ayrault par Manuel Valls au poste de Premier ministre.
 
«Ayrault valse», titre Libération, pour qui François Hollande vient de «trancher comme un chef en nommant Manuel Valls à Matignon», et en faisant «un choix clair» qui confirme le «virage libéral engagé avec le pacte de responsabilité».
 
En nommant Manuel Valls à la tête d’un «gouvernement de combat», le président de la République veut montrer qu’il a tiré les conclusions de la débâcle des municipales, d’après le Parisien, qui explique que la décision de mettre «Valls en première ligne» a aussi pour but de «rassurer les Français». Manuel Valls, l’homme de la droite de la gauche, l’apôtre de la social-démocratie, qui parle fort et ferme - à voir avec ce dessin où un conseiller s’inquiète de ce que le nouveau Premier ministre fasse «un peu Sarkozy sur les bords».
 
Manuel Valls, Nicolas Sarkozy, souvent comparés par la presse française, notamment par Libération, pour qui le bilan de Valls à l’Intérieur est assez «maigre, entre bravades et politique dans la droite ligne» de Nicolas Sarkozy.
 
Manuel Valls, Nicolas Sarkozy, deux hommes «pressés», aux ambitions semblables, rappelle le Figaro, qui décrit le locataire de Matignon comme «un hyperactif, mu par une ambition dévorante qu’il n’a jamais cherché à dissimuler».
 
Trop ambitieux, trop à droite Manuel Valls? Les Echos parlent d’un «coup de poker» de la part de Hollande, qui a choisi de remettre «son avenir politique entre les mains d’un ambitieux, certes loyal, mais qui n’est pas connu pour faire du sentiment».
 
Pour le Figaro, le président vient de jouer son «va-tout», en optant pour celui qui serait «le moins mauvais choix à gauche».
 
François Hollande a décidé de changer de Premier ministre, mais a annoncé, hier, vouloir poursuivre les réformes engagées. «Hollande change de Premier ministre, pas de cap», rappelle la Croix.
 
François Hollande garde le cap, et c’est bien ce qui ne passe pas à la gauche de la gauche, et chez les écologistes, où le choix de nommer Valls à Matignon est perçu comme la volonté de «poursuivre (le) coup de barre à droite», malgré la sanction des municipales. Pour l’Humanité, l’arrivée de l’ex-Ministre de l’Intérieur à Matignon, est une «double peine».
 
L’annonce de la nomination de Manuel Valls risque de fissurer davantage une majorité déjà très divisée. «Un changement de tête ne suffira pas à donner le signal d’un réveil», cingle Rue89, qui voit pointer à l’horizon «une longue série de défaites électorales» pour la gauche, aux européennes, aux sénatoriales, et aux régionales.
 
En attendant, nous dit le Parisien, c’est le «casse-tête assuré» pour constituer le nouveau gouvernement, probablement annoncé demain.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/06/2018 Hélène FRADE

"Donald Trump contraint de reculer sur les familles de sans-papiers"

Dans la presse, ce jeudi 21 juin, la rencontre entre le président sud-soudanais et le chef rebelle Riek Machar, une première depuis deux ans. La bataille pour prendre l’aéroport...

En savoir plus

21/06/2018 Hélène FRADE

"Play it again, Cristiano Ronaldo"

A la une de la presse, ce jeudi 21 juin, le revirement de Donald Trump sur la séparations de familles sans-papiers aux Etats-Unis. La pénalisation de l’aide aux clandestins en...

En savoir plus

20/06/2018 Hélène FRADE

"Erdogan va-t-il desserrer son étau?"

Dans la presse, ce mercredi 20 juin, la décision des États-Unis de quitter le Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Un plaidoyer en faveur des migrants et des réfugiés. Les...

En savoir plus

20/06/2018 Hélène FRADE

"Plus de 68 millions de personnes chassées de chez elles à-travers le monde, en 2017"

A la une de la presse, ce mercredi 20 juin, la journée mondiale des réfugiés, dont le nombre atteint un niveau inédit depuis la Seconde guerre mondiale – en plein essor des...

En savoir plus

19/06/2018 Hélène FRADE

"En Thaïlande, le crime de lèse-canidé"

Dans la presse, ce mardi 19 juin, le tollé provoqué par le durcissement de la politique migratoire de l’Administration Trump. Les restes dictateur Franco bientôt exhumés à Valle...

En savoir plus