Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Economie

Quelles perspectives économiques pour la France de Manuel Valls ?

© FRANCE 24

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/04/2014

Julia Cagé, économiste à l’Université de Harvard, s’est exprimée sur FRANCE 24 sur les perspectives économiques qui accompagnent la nomination de Manuel Valls à Matignon, notamment depuis l’annonce d’un pacte de solidarité par le président Hollande.

FRANCE 24 : Le pacte de responsabilité est confirmé. Économiquement, François Hollande avait-il d’autre choix pour retrouver de la croissance et faire baisser le chômage ?

Julia Cagé : Le pacte de responsabilité est une mesure importante au sens où les cotisations salariales payées par les entreprises en France sont beaucoup trop importantes. Si l’on regarde les chiffres, on est à plus de 40 % en France contre environ 20 % en Allemagne.

Ces charges payées par les entreprises couvrent le chômage et la retraite, mais également les cotisations famille et celles de la santé. L’idée, c’est qu’une partie d’entre elles ne soit plus à la charge exclusive des entreprises.

F24 : Comment le gouvernement français peut-il financer le pacte de solidarité, qui prévoit une diminution des impôts et une baisse des cotisations salariales ?

Encore une fois, c’est une très bonne mesure, mais il n’y a eu aucune précision, notamment sur le montant et la manière dont cette réforme va s’organiser. On sait que le pacte de responsabilité représente 30 milliards d’euros. Le gouvernement envisage de faire environ 50 milliards d’économie. Si les 20 milliards restant pouvaient être consacrés à ce pacte de solidarité, ce serait une bonne chose, mais comment le financer ?

On vient d’observer un changement de Premier ministre et Manuel Valls, pendant la primaire socialiste, était l’un des rares favorables à la TVA sociale. Si l’on suit cette logique, il s’agirait donc de baisser les cotisations sur les entreprises, voire celles sur les salariés, et de financer cela par une augmentation de la TVA.

Mais en opérant ce mécanisme, le pacte de solidarité est ébranlé, celui-là même qui est censé redonner du pouvoir d’achat aux ménages. À mon sens, la meilleure manière de faire des économies, c’est de réformer les collectivités territoriales. Est-ce que le gouvernement aura le courage d’aller jusqu’à la suppression des départements ?

F24 : Matteo Renzi, le nouveau Premier ministre italien, promet la quasi-suppression du Sénat. Est-ce l’exemple à suivre pour la France ?

Tout le monde en parle comme si c’était l’exemple absolu à suivre, mais on n’en sait rien. Matteo Renzi fait des investissements, il a promis des baisses d’impôts et une simplification du système italien. S’il fait tout ce qu’il a prévu et si ça marche, j’applaudirai des deux mains. Mais on ne peut pas dire qu’aujourd’hui le salut de la France passe par un modèle italien qui se met à peine en place.

En tout cas, il est certain que la France doit se pencher sur de grandes simplifications territoriales. C’est au nouveau gouvernement de retrousser ses manches. On nous a dit qu’il s’agissait d’un gouvernement de combat, alors qu’il se mette au travail.
 

Première publication : 01/04/2014

  • FRANCE

    Valls à Matignon : "Vive la République et vive l'Espagne"

    En savoir plus

  • Revue de presse internationale

    "Valls, l'anti-Ayrault"

    En savoir plus

  • Le journal de l'économie

    Remaniement : les défis économiques du gouvernement Valls

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)