Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Du neuf dans un nouveau monde"

En savoir plus

Afrique

Un recruteur Shebab de premier plan tué par balles au Kenya

© AFP - Makaburi, chez lui à Mombasa, le 20 février 2014

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/04/2014

Abubaker Shariff Ahmed alias "Makaburi", accusé d'être un relais des Shebab somaliens au Kenya, a été tué par balles mardi soir à Mombasa. Figure de l'islam radical kényan, il annonçait que les autorités kényanes voulaient sa mort.

Il était dans le viseur des autorités kényanes, des États-Unis mais aussi de l’ONU, qui le décrivait comme "un important (...) recruteur de jeunes musulmans kényans en vue d'activités militantes violentes en Somalie". Abubaker Shariff Ahmed, alias "Makaburi" (cimetière en swahili), figure de l'islam radical kényan, a été tué par balles mardi 1er avril au soir près de Mombasa (sud), deuxième ville du Kenya et capitale de la côte kényane, très majoritairement musulmane.

Cheikh Abubaker Shariff Ahmed, âgé d'une cinquantaine d'années, était placé depuis 2012 sous sanctions de l'ONU pour "ses liens étroits avec les membres influents" des islamistes somaliens Shebab. Les Nations unies précisaient en outre : "il fournit un appui matériel à des groupes extrémistes au Kenya" et en Afrique de l'Est et participe "à la mobilisation et à la gestion de fonds pour les Shebab".

"Ils finiront par me tuer"

Il avait nié vertement ces accusations dans un entretien avec l'AFP en février dernier à Mombasa, tout en pronant l'instauration de la charia "partout dans le monde" et en défendant la mémoire d'Oussama ben Laden. Il considérait aussi "100 % justifiée" l’attaque du centre commercial de Westgate, en septembre à Nairobi, qui avait fait au moins 67 mort.

Dans plusieurs interviews ces derniers mois, il prédisait son assassinat. "Ma vie est en danger, ils finiront par me tuer. C'est ce qu'ils font", avait-il affirmé à l'AFP en février en référence aux autorités kényanes.

"Exécutions extrajudiciaires"

Makaburi est la troisième personnalité importante de la mosquée Musa de Mombasa, cœur de l'islam radical kényan, accusée par les autorités kényanes d'être un centre de propagande djihadiste et de recrutement pour les Shebab somaliens, à être tuée par balles.

L'imam Aboud Rogo Mohamed, principal prédicateur de la mosquée et ami de Makaburi avait été assassiné en août 2012, avant que son successeur Cheikh Ibrahim Ismail ne tombe à son tour sous les balles, en octobre 2013. Aucun des tueurs n'a été identifié, mais leurs partisans, Makaburi en tête, avaient accusé les autorités kényanes d'avoir mené "des exécutions extrajudiciaires".

Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 01/04/2014

  • SOMALIE

    Des Shebab attaquent le palais présidentiel à Mogadiscio

    En savoir plus

  • KENYA

    Raid kenyan contre les Shebab somaliens, au moins 30 morts

    En savoir plus

  • SOMALIE

    Un chef des Shebab somaliens tué par un drone américain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)