Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

FRANCE

ONU : la France veut réformer le droit de veto en cas de crimes de masse

© AFP/Archives

Vidéo par Jessica LE MASURIER

Texte par Sophie PILGRIM

Dernière modification : 02/04/2014

L'ambassadeur de France auprès des Nations unies a lancé un appel, lundi, pour réclamer une réforme du droit de veto. Il propose un nouveau code de conduite selon lequel le droit de veto serait suspendu dans le cas de crimes de masse, comme en Syrie.

Le président François Hollande avait proposé, en septembre dernier, un code de conduite pour que les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni) renoncent à utiliser leur droit de vote lorsque le Conseil doit se prononcer sur des crimes de masse, comme en Syrie. Une réunion à ce sujet doit être finalement organisée fin septembre à New York, a annoncé lundi 30 mars l’ambassadeur français à l’ONU Gérard Araud.

"Pour les fondateurs des Nations unies, le droit de veto n’était pas censé engendrer des situations comme celles que nous avons eu par rapport à la Syrie", a-t-il expliqué sur FRANCE 24. Depuis le début de la guerre civile dans ce pays, le Conseil a en effet été paralysé par une succession de vetos et de blocages de la part de la Russie et de la Chine, qui cherchent à protéger le régime de Bachar al-Assad.

Même si ce nouveau code de conduite ne s'appliquerait pas quand les "intérêts vitaux nationaux" d'un membre permanent du Conseil, l’ambassadeur français sait que plusieurs pays seront réticents à abandonner leurs prérogatives.

“Les Américains n’ont pas dit non, mais ils ont évidemment beaucoup de questions dans le cadre de leur responsabilité, spécialement dans le cadre de leur relation particulière avec l’État d'Israël. Ils ont peur que quoi qu’il arrive, l’Assemblée générale qualifie aussitôt l’incident d’atrocités de masse en ce qui concerne Israël", estime-t-il. "En revanche en ce qui concerne la Russie et la Chine, pour le moment c’est une fin de non recevoir".

Malgré ces tensions, le Conseil a cependant réussi à adopter en septembre dernier une résolution sur la destruction de l'arsenal chimique syrien et une autre le mois dernier sur la situation humanitaire.

Avec dépêche AFP
 

Première publication : 01/04/2014

  • DIPLOMATIE

    Gérard Araud : "Sur le plan politique, le Conseil de sécurité ne peut rien faire en Syrie"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le Conseil de sécurité de l'ONU adopte une résolution humanitaire en Syrie

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le "lanceur d’alerte" de l’ONU obtient gain de cause

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)