Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

FRANCE

ONU : la France veut réformer le droit de veto en cas de crimes de masse

© AFP/Archives

Vidéo par Jessica LE MASURIER

Texte par Sophie PILGRIM

Dernière modification : 02/04/2014

L'ambassadeur de France auprès des Nations unies a lancé un appel, lundi, pour réclamer une réforme du droit de veto. Il propose un nouveau code de conduite selon lequel le droit de veto serait suspendu dans le cas de crimes de masse, comme en Syrie.

Le président François Hollande avait proposé, en septembre dernier, un code de conduite pour que les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni) renoncent à utiliser leur droit de vote lorsque le Conseil doit se prononcer sur des crimes de masse, comme en Syrie. Une réunion à ce sujet doit être finalement organisée fin septembre à New York, a annoncé lundi 30 mars l’ambassadeur français à l’ONU Gérard Araud.

"Pour les fondateurs des Nations unies, le droit de veto n’était pas censé engendrer des situations comme celles que nous avons eu par rapport à la Syrie", a-t-il expliqué sur FRANCE 24. Depuis le début de la guerre civile dans ce pays, le Conseil a en effet été paralysé par une succession de vetos et de blocages de la part de la Russie et de la Chine, qui cherchent à protéger le régime de Bachar al-Assad.

Même si ce nouveau code de conduite ne s'appliquerait pas quand les "intérêts vitaux nationaux" d'un membre permanent du Conseil, l’ambassadeur français sait que plusieurs pays seront réticents à abandonner leurs prérogatives.

“Les Américains n’ont pas dit non, mais ils ont évidemment beaucoup de questions dans le cadre de leur responsabilité, spécialement dans le cadre de leur relation particulière avec l’État d'Israël. Ils ont peur que quoi qu’il arrive, l’Assemblée générale qualifie aussitôt l’incident d’atrocités de masse en ce qui concerne Israël", estime-t-il. "En revanche en ce qui concerne la Russie et la Chine, pour le moment c’est une fin de non recevoir".

Malgré ces tensions, le Conseil a cependant réussi à adopter en septembre dernier une résolution sur la destruction de l'arsenal chimique syrien et une autre le mois dernier sur la situation humanitaire.

Avec dépêche AFP
 

Première publication : 01/04/2014

  • DIPLOMATIE

    Gérard Araud : "Sur le plan politique, le Conseil de sécurité ne peut rien faire en Syrie"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le Conseil de sécurité de l'ONU adopte une résolution humanitaire en Syrie

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le "lanceur d’alerte" de l’ONU obtient gain de cause

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)