Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le tourisme, moteur de l'économie espagnole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Come prima"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

  • En direct : une cinquantaine de Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : À Alep, les cratères d'obus deviennent des "piscines" pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

FRANCE

Remaniement : le choix de Valls, un virage libéral qui divise

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/04/2014

Au lendemain d’élections municipales catastrophiques pour le Parti socialiste, le président François Hollande a nommé Manuel Valls au poste de Premier ministre. Un choix qui divise la gauche.

L’ambitieux et populaire Manuel Valls poursuit son ascension politique, au risque de faire imploser la gauche. L’ancien ministre de l’Intérieur, à qui l’on prête régulièrement des airs de "Sarkozy de gauche", remplace Jean-Marc Ayrault à la tête d’un gouvernement remanié.

Cet ancien rocardien, qui incarne la gauche libérale et sécuritaire, fait pencher la balance à droite, au grand mécontentement de certains membres du gouvernement. Avant même cette nommination officielle, les deux ministres écologistes, Cécile Duflot et Pascal Canfin, avaient déjà annoncé qu’ils ne rejoindraient pas le gouvernement de Manuel Valls. Ils estimaient que "les idées portées par le nouveau Premier ministre ne constituaient pas la réponse adéquate aux problèmes des Français".

La nomination de ce dernier a aussi déclenché des réactions très diverses au sein de son parti. Elle été accueillie avec mécontentement par l’aile gauche du PS. "C'est plus que surprenant de prendre celui qui est le plus à droite au PS, qui n'a fait que 5 % dans le débat interne [de la primaire de 2011, NDLR], qui était contre les 35 heures, qui était pour la TVA sociale, comme réponse au fait que le peuple de gauche ait contesté la politique libérale de François Hollande", a ainsi estimé la sénatrice socialiste Marie-Noëlle Lienemann.

Matignon laisse "fuiter"

Du côté des proches de François Hollande, plusieurs figures du parti se sont en revanche déclarés satisfaits de l’arrivée à Matignon de Manuel Valls. Le maire de Dijon François Rebsamen a loué "un professionnel" qui "fait les choses de manière sérieuse". "Il a beaucoup de qualités, il mettra en oeuvre la politique décidée par le président de la République", a-t-il ajouté.

La nouvelle, attendue depuis la déroute du Parti socialiste aux élections municipales, a été annoncée officiellement par le président François Hollande, lors d’une allocution télévisée donnée lundi 31 mars au soir depuis le palais de l’Élysée. Contrairement à la tradition, la démission d’Ayrault a été "fuitée" par Matignon quelques heures avant l’annonce du chef de l’État.

Volonté de partir sur un coup d’éclat ou ultime couac d’un Premier ministre à bout de souffle ? Toujours est-il que Jean-Marc Ayrault restera comme l’un des chefs de gouvernement les moins populaires de la Ve République et que son passage à Matignon n’aura finalement pas coïncidé avec une l’inversion tant attendue de la courbe du chômage.

À 51 ans, Manuel Valls devient le deuxième Premier ministre de François Hollande. Il devrait prendre la tête d’un gouvernement resserré, avec pour mission de remonter la côte de l’exécutif lors de la seconde partie du quinquennat, via la grande réforme portée par l’Élysée : le pacte de responsabilité

Première publication : 01/04/2014

  • FRANCE

    Après le vote sanction aux municipales, le PS fait son mea culpa

    En savoir plus

  • FRANCE

    Municipales : la vague Bleu Marine n'a pas eu lieu

    En savoir plus

  • FRANCE

    Municipales : large victoire de l'UMP, le FN ravit une douzaine de mairies

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)