Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : un camp de déplacés visé par erreur par l'armée, 52 morts

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François de Rugy : "Macron ne dit rien sur l'écologie"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François de Rugy : "Je veux une écologie constructive"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Larry Clark, rencontre avec l’enfant terrible du cinéma américain

En savoir plus

FOCUS

Shenzhen, du "made in China" au "created in China"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Xi Jinping ouvre le Forum de Davos

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump défie l'Europe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Adama Barrow attend son investiture au Sénégal

En savoir plus

Afrique

Un général de police tué dans un double attentat au Caire

© AFP archive | L'Université du Caire

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/04/2014

Un haut gradé des forces de l’ordre a été tué mercredi devant l’Université du Caire, bastion de la contestation islamiste contre le gouvernement, par l’explosion de deux bombes. Un conseiller du ministre de l’Intérieur a été blessé.

Deux bombes ont explosé, mercredi 2 avril, devant l’Université du Caire, tuant un général de police et blessant un conseiller du ministre de l’Intérieur. Les engins, de confection rudimentaire, étaient dissimulés dans un arbre situé entre deux abris des policiers devant l'université. Une troisième bombe a explosé deux heures plus tard dans un parc, non loin de la faculté.

L’Université du Caire, étroitement surveillée par les forces de l’ordre, est un bastion de la contestation islamiste contre le gouvernement du maréchal Al-Sissi. L’Égypte est régulièrement secouée par des attentats depuis la destitution de l’ancien président islamiste Mohamed Morsi, en juillet 2013. Une ou deux personnes meurent presque quotidiennement dans ces heurts dans le centre du Caire ou dans d'autres campus universitaires de la capitale.

Les attentats visant les policiers et l'armée se sont multipliés depuis neuf mois. Le gouvernement égyptien s'est lancé dans une implacable et sanglante répression de toute manifestation pro-Morsi. Plus de 1 400 protestataires ont ainsi été tués par les policiers et les soldats depuis le 3 juillet, dont plus de 700 dans le centre du Caire dans la seule journée du 14 août. Et plus de 15 000 pro-Morsi ont été arrêtés, dont une majorité de Frères musulmans, l'influente confrérie islamiste du président déchu.

Avec AFP

Première publication : 02/04/2014

  • ÉGYPTE

    Plusieurs morts au Caire dans des manifestations anti-Sissi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    La justice condamne à mort 529 pro-Morsi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)