Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signent l'accord de paix

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La France mise à l'index pour sa législation sur la fessée

En savoir plus

DÉBAT

Boris Nemtsov assassiné : L'opposition russe punie?

En savoir plus

DÉBAT

Netanyahou aux Etats-Unis : Le coup de froid entre Israël et la maison blanche

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Grèce, Allemagne, Espagne… L'Agriculture européenne réformée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

La France, principale bénéficiaire de la PAC

En savoir plus

FOCUS

Chine : vers de meilleures conditions pour les travailleurs migrants de Pékin

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vieux Farka Touré, le blues du désert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Islamisme radical, comment prévenir et guérir ?

En savoir plus

FRANCE

Remaniement : le retour en grâce de Ségolène Royal

© AFP

Vidéo par Florence THOMAZEAU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/04/2014

Absente du gouvernement Ayrault, Ségolène Royal intègre l'équipe de Manuel Valls. L'ex-compagne du président Hollande hérite d'un grand ministère qui comprend l'Écologie, le Développement durable et l'Énergie.

Depuis 2007 et sa défaite à l’élection présidentielle, Ségolène Royal avait multiplié revers politiques et complications personnelles. Lors de sa dernière défaite électorale, pour les législatives de 2012 à La Rochelle, l’ancienne ministre avait déclaré : "Je sais que le temps de la réhabilitation viendra."

Deux ans plus tard, elle signe son retour aux affaires, en héritant du portefeuille de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. Un costume de ministre qui fait d’elle la numéro 3 du gouvernement de Manuel Valls, dévoilé le 2 avril.

Au-delà de ce retour en grâce politique, l’entrée de Ségolène Royal au gouvernement constitue un fait inédit sur un plan privé : pour la première fois, une ministre d'un gouvernement n'est autre que l'ex-compagne du président de la République, avec lequel elle a quatre enfants.

Elle n'avait pourtant pas mâché ses mots envers l'équipe de Jean-Marc Ayrault pendant la première année du quinquennat : on l'aura ainsi entendu dire que du temps avait été "perdu", que le gouvernement aurait dû "aller plus vite", ou encore fustiger les couacs à répétition entre ministres.

Ministre de l'Environnement en 1992

Ce retour au premier plan vient en tout cas concrétiser son nouveau statut au sein d’un Parti socialiste malmené par l’exercice du pouvoir.

Ségolène Royal rejoint François Mitterrand en 1982 comme chargée de mission à la Jeunesse, puis aux Affaires sociales. Elle reste à l'Elysée jusqu'en 1988, année où elle entre à l'Assemblée nationale comme députée des Deux-Sèvres après avoir conquis une circonscription réputée "ingagnable".

Ministre de l'Environnement du gouvernement de Pierre Bérégovoy en 1992-1993, elle fait voter des lois sur la gestion des déchets ou les nuisances sonores et obtient du président un plan de sauvegarde du Marais poitevin.

Pendant les années de "gauche plurielle", elle est successivement ministre déléguée à l'Enseignement scolaire puis à la Famille, où elle combat le bizutage et le racket, facilite l'accès à la pilule du lendemain et crée le congé paternité.

Avec AFP

Première publication : 02/04/2014

  • FRANCE

    Les ministres du nouveau gouvernement Valls prennent leurs quartiers

    En savoir plus

  • FRANCE

    Remaniement : Cohn-Bendit dénonce la "faute politique" des écologistes

    En savoir plus

  • FRANCE

    Quelles perspectives économiques pour la France de Manuel Valls ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)